Européennes 2024 : 38 listes dans la course

Publié le

Elles sont encore plus nombreuses qu'au scrutin de 2019, où on en comptait 34. Pas moins de 38 listes de candidats, record battu, se sont présentées aux élections européennes 2024, prévues le 8 juin au fenua. Seule une poignée d’entre elles franchira la barre des 5% des suffrages nécessaires pour entrer au Parlement européen.

Publié le 28/05/2024 à 17:48 - Mise à jour le 29/05/2024 à 11:27

Elles sont encore plus nombreuses qu'au scrutin de 2019, où on en comptait 34. Pas moins de 38 listes de candidats, record battu, se sont présentées aux élections européennes 2024, prévues le 8 juin au fenua. Seule une poignée d’entre elles franchira la barre des 5% des suffrages nécessaires pour entrer au Parlement européen.

38 listes aux élections européennes 2024, nouveau record pour un scrutin national en France. Prévues les 8 et 9 juin, les européennes détermineront les représentants des 27 États membres de l’Union Européennes pour les cinq prochaines années. Selon le dernier sondage Ipsos, sur 38 listes, seules 7 sont en passe d’atteindre les 5% des suffrages requis pour obtenir des sièges dans l’hémicycle.

Source: Ipsos pour le Parisien et Radio France • Mai 2024

Largement en tête, la liste du Rassemblement National portée par Jordan Bardella est à 31% des intentions de vote. Loin derrière, l’écart est ténu entre la majorité présidentielle et sa tête de liste Valérie Hayer (16%), et la liste socialiste portée par Raphaël Glucksmann, (à 14,5%), surfant sur une dynamique positive ces dernières semaines.

En 2019, déjà, Jordan Bardella, à 23 ans, menait la liste du RN à la victoire, avec 22 sièges au sein du groupe nationaliste Identité et démocratie. Une victoire historique pour l’ancien Front National avec 23,31% des voix, devançant la majorité présidentielle représentée par Nathalie Loiseau, deuxième avec 22,41%. Au fenua, cette dernière avaient obtenu 43,29% des suffrages exprimés, devant les 16,44% de la liste Bardella.

Le Rassemblement national intouchable en 2024 ?

Le Rassemblement National défend un programme en trois axes : « L’Europe qui protège » contre l’immigration clandestine et le libre échange, « L’Europe qui produit » avec la suppression de nombreuses normes environnementales, et « L’Europe qui respecte » pour une plus grande souveraineté nationale.

Un thème que l’eurodéputé a longuement abordé au cours de son face-à-face avec le premier ministre Gabriel Attal, le 23 mai. Selon Public Sénat, la tête de liste du RN a même atteint les 34% d’intention de vote à l’issue du débat.

Derrière l’opposition, la liste présidentielle pro-Europe entend notamment réarmer le continent, et accentuer le soutien à l’Ukraine. « Avec la guerre en Ukraine, on voit pourquoi nous avons de la chance d’être dans l’Europe. Les Ukrainiens sont seuls, alors qu’on est 27« , a notamment déclaré le premier ministre au cours du même débat, assumant soutenir l’adhésion de Kiev à l’UE. « L’argent qu’on met pour les Ukrainiens, c’est l’argent qu’on devra mettre au quintuple demain si Vladimir Poutine était victorieux » , a insisté Valérie Hayer lors du grand débat organisé par BFMTV.

Lire aussi > Élections européennes : comment ça marche ?

En 3e position, la liste socialiste met également l’accent sur la défense de l’Europe. Mais aussi, sur l’écologie, et la lutte contre la précarité pour un plus grand pouvoir d’achat.

Au fenua, seul le Tapura a, à ce stade, affiché son soutien à la liste de Valérie Hayer, qui compte d’ailleurs Moerani Frebault à la 44e position de sa liste. Une position non-éligibile, tout comme Éric Minardi. L’eurodéputé Polynésien, 41 de la liste RN, ne devrait donc pas retourner de sitôt siéger à Strasbourg.

Dernières news

Activer le son Couper le son