dimanche 5 décembre 2021
A VOIR

|

L’armateur chinois devra payer 150 millions de Fcfp au Pays pour récupérer son thonier

Publié le

Le Ping Tai Rong 316 pourra reprendre la mer… si son armateur verse 150 millions de Fcfp de consignation, a décidé mardi le tribunal civil. Le Pays avait fait saisir ce navire pour financer le démantèlement de l’épave d’un autre thonier appartenant à cet armateur, échoué sur le récif d’Anuanurunga.

Publié le 26/10/2021 à 10:21 - Mise à jour le 26/10/2021 à 10:44
Lecture 2 minutes

Le Ping Tai Rong 316 pourra reprendre la mer… si son armateur verse 150 millions de Fcfp de consignation, a décidé mardi le tribunal civil. Le Pays avait fait saisir ce navire pour financer le démantèlement de l’épave d’un autre thonier appartenant à cet armateur, échoué sur le récif d’Anuanurunga.

C’est la première fois que le Pays saisit un thonier pour financer le démantèlement d’un autre navire. Le Pays espérait une caution de 320 millions Fcfp, mais l’armateur ne proposait qu’une lettre de garantie de 50 millions de Fcfp. C’est donc une voie médiane qui a été choisie : le tribunal civil de Papeete autorise la mainlevée du thonier saisi, à condition que l’armateur verse 150 millions Fcfp sur le compte CARPA de Me Yves Piriou, l’avocat du Pays. Ou une « caution irrévocable » du même montant à l’une des trois banques du Pays. Cette somme sera consignée et remboursée à l’armateur s’il démantèle son navire échoué.

Lire aussi – Navire échoué à Anuanurunga : le Pays veut faire payer l’armateur chinois en saisissant l’un de ses thoniers

Même s’il espérait obtenir une somme de 250 millions, Me Piriou s’est dit très satisfait de la décision : « C’est l’affirmation du droit de la Polynésie de se donner des chances de couvrir le coût du démantèlement des navires échoués. Les deux fois précédentes, la Polynésie a dû payer, à Arutua et Marutea Nord, en dépit des obligations des armateurs et des décisions judiciaires » a-t-il déclaré à TNTV.

Ces démantèlements coûtent plusieurs centaines de millions Fcfp au Pays… lorsqu’ils sont réalisés. Aux Tuamotu, des épaves restent échouées depuis plusieurs décennies. Selon Yves Piriou, quatre navires se sont échoués aux Tuamotu aux cours des cinq dernières années.

Une épave échouée depuis plusieurs décennies sur l’atoll de Takaroa – Photo : Mike Leyral

La société Ping Tai Ron Ocean Fishery group est basée à Zhoustan, en République populaire de Chine, mais ses navires transitent régulièrement dans les eaux polynésiennes. Le Pays souhaiterait interdire le passage de certains thoniers dans les eaux polynésiennes.

infos coronavirus