vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

Des agents des affaires sociales auraient octroyé 3 millions d’aides à des proches

Publié le

Le procès de deux agents des affaires sociales s’est tenu ce mardi matin. Ces deux femmes, en premier lieu l’ex-directrice de la circonscription de Punaauia-Paea, sont accusées d’avoir constitué des dossiers frauduleux pour certains de leurs proches afin qu’ils obtiennent durant des années des aides financières et en nature. La procureure a demandé des peines de prison avec sursis, mais aussi l’interdiction à vie d’exercer dans la fonction publique.

Publié le 18/02/2020 à 16:40 - Mise à jour le 18/02/2020 à 16:51
Lecture < 1 min.

Le procès de deux agents des affaires sociales s’est tenu ce mardi matin. Ces deux femmes, en premier lieu l’ex-directrice de la circonscription de Punaauia-Paea, sont accusées d’avoir constitué des dossiers frauduleux pour certains de leurs proches afin qu’ils obtiennent durant des années des aides financières et en nature. La procureure a demandé des peines de prison avec sursis, mais aussi l’interdiction à vie d’exercer dans la fonction publique.

Les deux femmes attendent anxieuses le début de leur procès pour escroquerie. L’une est l’ancienne directrice de la circonscription Punaauia-Paea des affaires sociales, l’autre un ex-travailleur de la structure. Entre 2012 et 2014, elles auraient constitué plusieurs dossiers bidons, en usant de faux renseignements, pour que des membres de leur famille bénéficient d’aides financières ou de bons alimentaires. Pour un montant de 2,3 millions pour la première et de 700 000 Fcfp pour la seconde. Le fils de l’ex-directrice, son petit-fils, sa belle-fille et plusieurs des proches de celle-ci en auraient ainsi profité.

À la barre, l’ancienne chef de la circonscription a nié toute intention frauduleuse. Même si les dossiers qu’elle avait constitués n’étaient accompagnés d’aucun justificatif, elle a assuré que ses proches répondaient aux critères pour bénéficier des aides.

« Ce n’était pas des gens nantis, c’était des gens qui étaient soumis au régime de solidarité territoriale et qui ont demandé ces aides, explique Me Lavoye, l’avocate de l’ancienne directrice de la circonscription Punaauia-Paea des affaires sociales. Mais toutes les informations n’étaient pas vraies. Elle est consciente qu’elle n’aurait pas dû traiter des dossiers de membres de sa famille, même élargie, qu’elle aurait dû être plus vigilante, qu’il y a une faute professionnelle. Mais aujourd’hui se pose la question : est-ce vraiment une faute pénalement répréhensible ? »

La procureure, elle, a estimé que si, dénonçant un dossier « effarant, honteux ». « On a l’impression que c’était ‘open bar’ avec les fonds publics », a-t-elle martelé avant de requérir une peine de 6 à 8 mois avec sursis contre l’agent et deux ans avec sursis contre l’ancienne directrice. Le tout assorti d’une interdiction définitive d’exercer dans la fonction publique. Et ce, bien que l’ex-directrice a déjà été radiée de l’administration en 2016. Le tribunal a mis sa décision en délibéré jusqu’au 3 mars.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV