jeudi 9 avril 2020
A VOIR

|

Vigie sanctuaire : une quarantaine de collisions évitées avec les baleines

Publié le

Alors que la saison des baleines touche à sa fin, le programme Vigie sanctuaire lancé par l’association Océania rend sa copie. Les sentinelles embarquées sur l’Aremiti 6, et le Terevau, ont relevé 250 observations entre Tahiti et Moorea. Aux côtés du capitaine, les vigies ont surtout permis d’éviter une quarantaine de collisions potentielles avec les cétacés.

Publié le 03/11/2019 à 18:40 - Mise à jour le 04/11/2019 à 17:04
Lecture 2 minutes

Alors que la saison des baleines touche à sa fin, le programme Vigie sanctuaire lancé par l’association Océania rend sa copie. Les sentinelles embarquées sur l’Aremiti 6, et le Terevau, ont relevé 250 observations entre Tahiti et Moorea. Aux côtés du capitaine, les vigies ont surtout permis d’éviter une quarantaine de collisions potentielles avec les cétacés.

Comme tous les jours depuis bientôt quatre mois, Tahia embarque sur l’Aremiti 6 avec une mission bien précise. Formée à repérer les baleines à plusieurs kilomètres à la ronde, elle scrute l’horizon en permanence. Au moindre signe du mammifère, elle alerte le capitaine qui va réduire sa vitesse, ou changer de cap. « Il y a plusieurs façons de les repérer. Il y a les souffles, les activités sociales, les sauts… Il y a aussi ce qu’on appelle les lentilles : lorsqu’elles plongent, elles font une petite flaque comme de l’huile. j’essaie aussi de les repérer avec les bateaux. Souvent, quand il y a de gros regroupements, il y a des individus là« , explique l’observatrice des mammifères marins (MMO)

Sur les 460 observations relevées l’année dernière, une centaine ont déclenché une manœuvre d’évitement, dont une quarantaine de « codes rouge » : soit à moins de 100 mètres du cétacé. Contre un ferry de 3 000 tonnes, lancé à 38 nœuds, l’animal n’a aucune chance. Charlotte Esposito, biologiste marin et fondatrice de l’association Oceania détaille : « 96 cas potentiels de collision en 3 mois d’observation, ça veut dire plus d’une par jour. Donc, il y avait vraiment pour nous une urgence et une priorité clairement environnementale. Ce qui nous a aussi séduits dans ce projet et qui a fait qu’on a vraiment voulu s’investir dans ce projet et qui a fait qu’on a vraiment voulu s’investir dans ce projet et qui a fait qu’on a vraiment voulu s’investir sur du long terme pour Vigie sanctuaire, c’est le fait que finalement la solution est assez simple : embarquer des personnes à bord des navires chaque jour. La logistique est assez simple à gérer, ça ne demande pas des moyens financiers énormes et le résultat est plutôt bon parce que l’année dernière il n’y a pas eu de collision. »

Reste à savoir si la prochaine saison sera aussi dense. Le cas échéant, Oceania n’écarte pas le renfort de caméras thermiques.

?? VIGIE SANCTUAIRE 2ème édition ??Dernière ligne droite pour notre projet Vigie Sanctuaire, l'unique et premier…

Posted by Oceania on Thursday, October 31, 2019

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV