lundi 26 septembre 2022
A VOIR

|

Romanella, figure de l’agriculture biologique aux Raromatai

Publié le

Romanella Ehu est une ancienne artisane-bijoutière de Raiatea qui s’est reconvertie dans l’agriculture biologique. C’est aussi la première femme des îles Sous-le-Vent à avoir obtenu la certification Bio Pacifika. Romanella a su trouver sa place dans un métier pas toujours facile.

Publié le 08/03/2022 à 14:24 - Mise à jour le 11/05/2022 à 11:11
Lecture 2 minutes

Romanella Ehu est une ancienne artisane-bijoutière de Raiatea qui s’est reconvertie dans l’agriculture biologique. C’est aussi la première femme des îles Sous-le-Vent à avoir obtenu la certification Bio Pacifika. Romanella a su trouver sa place dans un métier pas toujours facile.

C’est dans son “bureau” — qui n’est autre que son fa’a’apu –, que l’on retrouve Romanella, agricultrice originaire de Taha’a. Un bureau qui fait 4 hectares et qu’elle partage avec ses cochons et ses chevaux. “C’est un partenariat où tu travailles avec la nature, en respectant la nature, même les aléas. Le mauvais temps aussi, il faut travailler avec”, explique Romanella. “Et les animaux me rendent beaucoup de services. Les cochons, par exemple, vu qu’on les nourrit avec du coco, […] une fois par mois, je fais broyer tout ce qu’il y a dans le parc à cochons et ça me donne de la bourre de coco enrichie”.

Il y a 6 ans, encouragée par son beau-père, propriétaire terrien, elle se lance dans cette activité sans aucune connaissance du milieu ni réels moyens. Romanella le reconnaît : “le monde de l’agriculture était plus ou moins occupé par des hommes” lorsqu’elle a décidé de sauter le pas. “J’étais un peu perdue […] et parfois, ce que je plantais dans mon fa’a’apu, ce n’était pas forcément comme je l’espérais”, admet-elle. Avec son caractère bien trempé, elle persévère. Aujourd’hui, c’est une figure incontournable dans le domaine du bio aux îles Sous-le-Vent. “Je sais, après 6 ans d’expérience, que ce qui est planté produira un jour. En 2020, j’ai obtenu le label Bio Pacifika et je me suis rendue compte que j’étais la première femme à l’avoir obtenu aux Raromatai. Ça m’a permis d’aller chercher d’autres femmes et aujourd’hui, on est nombreuses à avoir cette certification”.

Manguiers, citronniers, compost… on retrouve de tout sur les terres agricoles de Romanella. Avec ses produits certifiés bio, elle est fière de contribuer à la promotion d’une meilleure alimentation et surtout, d’être une femme agricultrice : “on va toujours essayer de trouver des moyens de s’adapter à des situations. Même si on ne porte pas des charges lourdes comme un homme, si on a porté un enfant pendant 9 mois, le fa’a’apu c’est de la rigolade à côté”.

infos coronavirus