samedi 19 juin 2021
A VOIR

|

Les jeunes de l’IIME à la rencontre les dauphins

Publié le

Ce mercredi matin, l’association Mata Tohora a accompagné des jeunes de l’institut d’insertion médico éducative de Paea à la découverte de dauphins. Si elle sensibilise au respect des règles pour l’observation des baleines, l'association rappelle aux usagers de la mer que ces mêmes règles sont applicables lors de rencontres avec les dauphins.

Publié le 09/06/2021 à 16:13 - Mise à jour le 09/06/2021 à 16:17
Lecture 2 minutes

Ce mercredi matin, l’association Mata Tohora a accompagné des jeunes de l’institut d’insertion médico éducative de Paea à la découverte de dauphins. Si elle sensibilise au respect des règles pour l’observation des baleines, l'association rappelle aux usagers de la mer que ces mêmes règles sont applicables lors de rencontres avec les dauphins.

La journée mondiale de l’océan a été célébrée mardi 8 juin. C’est donc tout naturellement que les océans et leur biodiversité sont mis à l’honneur tout au long de cette semaine. Ce mercredi, cap sur la passe de Taapuna à Punaauia pour les jeunes de l’IIME de Paea. Le site est connu pour observer le rassemblement de dauphins à long bec. Bénévolement, l’association Mata Tohora et un club de plongée ont proposé une sortie en mer pour découvrir ces mammifères marins encore en phase de sommeil le matin.

« Les dauphins, comme les baleines, sont obligés de remonter à la surface même quand ils dorment, sinon ils se noient. Et les dauphins sont toujours en mouvement, même quand ils dorment », explique Agnès Benet, docteure en biologie marine. « C’est pour cette raison qu’on voit pas trop qu’ils dorment. Pour s’en rendre compte, il faut bien observer qu’ils sont groupés, ils vont tout doucement, ils remontent lentement à la surface tous en même temps et ils redescendent ».

Pour les observer, il faut bien entendu les respecter et donc limiter sa vitesse à 3 nœuds, comme le stipule le Code de l’environnement. 1 nœud serait même l’idéal dans les passes lorsque les dauphins sont proches. Il y a un mois, Manutea Millon, champion de va’a, avait découvert la dépouille d’un jeune dauphin, très probablement percuté par un jet ski.

« Avec le bruit du moteur, les dauphins sont perturbés, ils n’ont plus le sens de l’orientation », rapporte Agnès Benet. « Et ils peuvent du coup aller dans le mauvais sens et venir sur le bateau. Surtout les petits. Les adultes ont plus l’habitude mais les petits, c’est toujours pareil. Le temps qu’ils comprennent ce qu’il se passe, parfois c’est trop tard ».

(crédit photo : Mata Tohora)

Les eaux de la Polynésie sont un sanctuaire pour les baleines et le terrain de jeu pour de nombreux cétacés. Ces jeunes de Paea partent pour la première fois à la rencontre de la faune marine. L’appréhension de monter à bord pour aller en pleine mer est vite oubliée lorsque les dauphins pointent leur nez.

« La plupart, ils nagent à peine. Et puis bon, on les a rassuré, on a dit qu’on allait rester dans le bateau et qu’on allait voir les dauphins », déclare Neoefitu Teahuotoga, éducateur à l’IIME de Paea. « La plupart n’a jamais vu de dauphins et pour eux, c’est l’occasion d’en voir. Je pense qu’ils sont un peu impressionnés par l’eau mais aussi par les dauphins ».

Une appréhension de l’océan à peine palpable chez Peheani et Vaihi, deux jeunes de l’institut, tout sourire face au spectacle qui s’offre à elles. Depuis 2013, l’association Mata Tohora a déjà sensibilisé près de 900 jeunes au respect des mammifères marins.

infos coronavirus