samedi 24 septembre 2022
A VOIR

|

Yvonnick Raffin sur la TVA sociale : “cette taxe, elle est indispensable”

Publié le

Face à la mise en place de la TVA sociale au 1er avril et l'inflation accentuée par la guerre en Ukraine, les syndicats de salariés ainsi que les chefs d'entreprise s'inquiètent. Si la contribution pour la solidarité reste "indispensable" pour sauver les retraites selon le ministre de l'Economie, Yvonnick Raffin, le gouvernement assure travailler sur "des solutions pour amortir cette hausse des prix".

Publié le 15/03/2022 à 12:23 - Mise à jour le 15/03/2022 à 12:23
Lecture 3 minutes

Face à la mise en place de la TVA sociale au 1er avril et l'inflation accentuée par la guerre en Ukraine, les syndicats de salariés ainsi que les chefs d'entreprise s'inquiètent. Si la contribution pour la solidarité reste "indispensable" pour sauver les retraites selon le ministre de l'Economie, Yvonnick Raffin, le gouvernement assure travailler sur "des solutions pour amortir cette hausse des prix".

Du côté des syndicats de salariés et des chefs d’entreprises, il y a une vive inquiétude pour beaucoup à l’approche de la mise en place de la TVA sociale, qui vient s’ajouter à l’inflation. Est-ce que vous la comprenez ?
“Je la comprends tout à fait. Le gouvernement entend cette inquiétude mais je voudrais aussi juste rappeler le contexte économique. Aujourd’hui effectivement, il y a une explosion des prix non pas due à la politique du gouvernement, mais elle est due à des éléments exogènes à la Polynésie qui viennent impacter la Polynésie. […] Nous travaillons déjà sur des solutions pour amortir cette hausse des prix”.

“Si nous ne sauvons pas la CPS, il y aura une explosion sociale”.

Yvonnick Raffin, ministre des Finances et de l’Economie

On observe une inflation historique avec le conflit entre l’Ukraine et la Russie, à laquelle vient s’ajouter la contribution pour la solidarité. Après deux années de crise, est-ce selon vous le moment pour mettre en place cette TVA ?
“Nous avons fait des choix, c’est de sauver notre pacte social, sauver nos retraites, sauver nos allocations familiales, sauver nos prestations de santé, parce qu’effectivement, la CPS, au risque de tomber en faillite, nous sommes obligés à un moment donné de répondre à la demande. J’ai entendu tout à l’heure la représentante d’un syndicat dire qu’il risque d’y avoir une explosion sociale. Je suis d’accord avec elle. Si nous ne sauvons pas notre CPS, là oui, il y aura une explosion sociale”.

Lire aussi : Les sombres prédictions des patrons à l’approche de la TVA sociale

Au vu de la situation mondiale actuelle, n’est-il pas possible de repousser la mise en place de cette TVA sociale ou de baisser certaines taxes ?
“Les taxes, elles sont déjà en baisse puisqu’il y a une loi fiscale qui a été votée en décembre dernier qui prévoit effectivement des abaissements de taxe, d’impôts, etc. Ce que je constate, c’est qu’on vient d’abord crier au loup. Laissez-nous faire et nous verrons. Si le rendement prévu par la CSE est supérieur à ce qui est prévu, moi je suis prêt à proposer au gouvernement de baisser cette contribution. Nous sommes là pour sauver notre caisse de prévoyance sociale au profit des plus défavorisés”.

Concernant la guerre en Ukraine et les conséquences sur les prix en Polynésie et ailleurs, pouvez-vous nous en dire plus ?
“Concernant les hydrocarbures, le gouvernement a décidé d’absorber les augmentations sur les prix des hydrocarbures en ne mettant pas une augmentation de 10 Fcfp par mois. Parce que c’est la réalité. Si on devait appliquer les vrais tarifs à la pompe, ce serait 10 Fcfp de plus au mois de mars, au mois d’avril, de mai et de juin. Tout ça va nous coûter au minimum 5 milliards de Fcfp. C’est ce que va nous coûter au minimum cette crise en Ukraine, sur le plan énergétique et sur le plan hydrocarbures. Ça coûte beaucoup plus cher que prévu et le gouvernement a décidé de ne pas appliquer ces augmentations et de les absorber dans ses réserves”.

“En contre partie de cette TVA, il n’est pas question de venir taxer plus que nécessaire”

Yvonnick Raffin, ministre des Finances et de l’Economie

Pour en revenir à la CPS, la contribution pour la solidarité, est-ce qu’on peut rappeler à quoi va servir cette taxe ?
“Cette taxe, elle est indispensable. Elle va répondre à l’urgence. Encore une fois, c’est pour sauver nos retraites et nos allocations familiales. Et je veux préciser une chose aussi : cette TVA sociale servira exclusivement à la Caisse de prévoyance sociale. Elle n’ira pas dans le budget général. Je ferai voter le 22 mars prochain un compte spécifique CPS. Ensuite, si le rendement attendu de 12 milliards de Fcfp est supérieur à ce qu’on prévoit, nous sommes prêts à revoir ce taux. Ça va servir d’abord à rétablir les comptes de la CPS parce que […] de toute façon, s’il n’y a pas cette TVA sociale, les retraites ne pourront plus être payées. En contre partie de cette TVA, il n’est pas question de venir taxer plus que nécessaire. Il est prévu de baisser les taux des cotisations sur la maladie en rendant du pouvoir d’achat aux salariés”.

infos coronavirus