mardi 14 juillet 2020
A VOIR

|

Covid-19 / économie : « A situation exceptionnelle, dispositif exceptionnel »

Publié le

L'assemblée de la Polynésie a tenu ce jeudi une session extraordinaire. Au coeur des sujets bien sûr, le covid-19. La ministre du Travail Nicole Bouteau répond à nos questions :

Publié le 26/03/2020 à 15:47 - Mise à jour le 26/03/2020 à 16:23
Lecture 2 minutes

L'assemblée de la Polynésie a tenu ce jeudi une session extraordinaire. Au coeur des sujets bien sûr, le covid-19. La ministre du Travail Nicole Bouteau répond à nos questions :

C’est une satisfaction de voir que toute la classe politique est unanime ou presque, pour vous soutenir dans ce plan de soutien spécial ?
« Je considère que c’est une unanimité. Les présidents de groupe nous ont soutenu dans leurs votes. Il y a eu deux abstentions. Des abstentions, ce n’est pas un rejet. Donc, je considère que la classe politique – en tous cas les trois groupes présents à l’assemblée – est unanime. Nous les en remercions. C’est nécessaire cette union. Nous sommes dans une situation d’urgence. D’urgence sanitaire, mais parallèlement, il nous faut penser aux entreprises, aux salariés, aux personnes en situation vulnérable, et par ce collectif massif, mais aussi par toutes les dispositifs que nous avons présenté et fait adopter ce matin, nous espérons pouvoir couvrir toutes ces situations difficiles que ces crises sanitaires et économique vont générer

Le vice président disait que ça revient à prévoir l’imprévisible…
« En l’espace de 4 jours, nous avons essayé de bâtir des textes qui n’existaient pas, et de mobiliser quasi toute la trésorerie du Pays pour pouvoir abonder ces dispositifs et intervenir dans cette situation qui est inédite. A situation exceptionnelle, dispositif exceptionnel ».

La réponse à Moetai sur l’effort que pourraient consentir élus et gouvernement pour ponctionner sur leurs salaires…
« Ça fait partie des choses qui peuvent être étudiées. On en a parlé déjà. De même que nous demandons aux fonctionnaires qui ont aujourd’hui en confinement, de prendre sur leurs congés. Nous faisons la même demande au secteur privé : ne licienciez pas, faites épuiser les congés, et ensuite, seulement, suspendez les contrats mais ne licenciez pas ! C’est un acte de solidarité que nous demandons à notre administration. Nous devons l’être aujourd’hui. Notre économie est quasiment à l’arrêt. L’industrie touristique est à l’arrêt, c’est notre premier secteur d’emploi. En cascade, notre économie est en train de s’effondrer. Nous avons l’obligation, et nous prenons en urgence des dispositions pour essayer de stopper les licenciement que s’apprêtent à faire les entreprises.
On met en place un PC éco localisé au Sefi dès aujourd’hui. Ce sera le guichet unique d’entrée tant pour les entreprises que les salariés et les demandeurs d’emploi. Nous avons mobilisé le Sefi dont une partie des activités est au ralenti, voire pour certaines, en sommeil. Nous avons le renfort de certains services de la vice-présidence. La CPS également, la Chambre de commerce, et dans nos propres services, nous demandons à des fonctionnaires de venir renforcer cette cellule de crise économique. »

C’est opérationnel depuis aujourd’hui. Le numéro vert : 444 200 et un mail : [email protected] »

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Un projet d’aménagement pour le port de pêche de...

Le plan de réaménagement du port de pêche prend forme. Devant la majorité des professionnels du secteur, le vice-président Teva Rohfritsch et ministre de l’équipement René Temeharo, ont présenté les premiers esquisses de ce projet qui doit permettre d’optimiser les réseaux et fluidifier la circulation dans cette zone où l’activité n’a eu de cesse de se développer en 30 ans d’existence.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV