dimanche 24 mai 2020
A VOIR

|

Décès de mamie Louise Kimitete

Publié le

Un grand nom de la culture polynésienne s'en est allé ce mercredi matin : mamie Louise, grande danseuse et chorégraphe au CAPF, est décédée à l'âge de 80 ans.

Publié le 25/03/2020 à 12:48 - Mise à jour le 25/03/2020 à 19:21
Lecture 2 minutes

Un grand nom de la culture polynésienne s'en est allé ce mercredi matin : mamie Louise, grande danseuse et chorégraphe au CAPF, est décédée à l'âge de 80 ans.

Louise Kimitete, figure de la danse traditionnelle et du Conservatoire artistique de la Polynésie nous a quitté, ce…

Posted by TNTV Tahiti Nui Télévision on Wednesday, March 25, 2020


Louise Kimitete, chorégraphe et professeure de ‘ori tahiti au Conservatoire Artistique de Polynésie française (CAPF) pendant plus de 30 ans, est décédée ce 25 mars.

Celle qui était née à Hatihe’u, sur l’île de Nuku Hiva aux Marquises, avait commencé la danse à l’âge de 16 ans, depuis elle ne s’était jamais arrêtée. Aujourd’hui, Mamie Louise continuera de danser, mais parmi les étoiles…

« Je l’ai serrée contre mon cœur peu avant la période de confinement. Elle voulait nous revoir, au conservatoire, et Vanina Ehu, sa fille spirituelle, que mamie avait formée la première, nous l’avait amenée. ‘J’aime la vie’, m’avait-t-elle dit. Et la vie l’aimait aussi déclare Fabien Dinard, directeur du CAPF. Je voudrais, simplement -parce que nous vivons tous ensemble des moments si difficiles- dire à quel point cette femme était exceptionnelle. Exceptionnelle par son engagement de tous les instants au service de sa culture et de sa passion, la danse traditionnelle tahitienne. Exceptionnelle pour son amour de la transmission de ses savoirs, pour son exigence absolue de recherche de justesse et de sens. Exceptionnelle pour sa liberté de parole, pour la grande maîtrise de son art. Pour cet incroyable caractère qui nous faisait toutes et tous trembler devant elle. Mais aussi, pour sa gentillesse, ses encouragements, sa volonté de se dépasser à chaque instant ».

« Tous les arts méritent d’être vécus et développés, mais la danse traditionnelle porte en elle cette incroyable magie que Mamie nous a transmise, à force d’heures de travail, à force d’écrits talentueux, de chorégraphies ou les corps épousent les pensées, et où une seule raison majeure demeure : aimer. Aimer son Fenua, aimer sa famille, son groupe, son école, sa danse.
Beaucoup seront formé(e)s par Mamie Louise. Beaucoup deviendront professeurs, soit chorégraphes, maitres de ballets, grands danseurs. Vanina et Erena, Moon, la petite fille de Louise, et Hinavai, Tuarii et Toanui, Hugues, Terau, Mateata, Heiti, Vairani, Kelly, Hinatea, Vaihere, Moena, Loïc, Joëlle, Teruria, Marama et Vaihere, Amandine, Mere et Heimaire, Taiana et Nanihi, Poura, Koleta; Kehaulani et toutes nos jeunes fleurs : Natalia, Orlane, Mahealani, Aisa.
Je ne peux pas tous et toutes les citer, mais nombre d’entre elles et d’entre eux étaient présents quand Louise a pris sa retraite, toujours à To’ata en 2012, où elle sera décorée des mains de Manouche Lehartel, des insignes de chevalier dans l’ordre national du mérite. »

La famille donnera plus d’informations sur la suite des événements, qui dépendent également des consignes sanitaires.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Des « corridors sanitaires » pour les touristes de métropole voyageant...

Le secrétaire d'État chargé des transports Jean-Baptiste Djebbari a évoqué lundi, devant la délégation aux Outre-mer de l'Assemblée nationale, la "piste des corridors sanitaires" qui pourraient être mis en place pour permettre aux touristes de l'hexagone de se rendre en Outre-mer cet été.

Arrêt de la liaison inter-îles aux Marquises : l’inquiétude des...

Dans les îles dont la desserte aérienne est suspendue, élus et population sont inquiets. Les représentants de la Communauté de communes des Marquises ont adressé leurs doléances au Président du Pays et au Haut-commissaire.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV