dimanche 25 octobre 2020
A VOIR

|

Une usine d’insectes pour contrer la dengue, construite par des Français avec un programme australien

Publié le

La start-up française InnovaFeed a annoncé mercredi la construction prochaine, en collaboration avec un programme de recherche australien, d'une usine destinée à élever des moustiques à l'échelon industriel, pour lutter contre les maladies que leurs congénères transmettent habituellement à l'espèce humaine, la dengue notamment.

Publié le 26/08/2020 à 8:54 - Mise à jour le 26/08/2020 à 9:17
Lecture 2 minutes

La start-up française InnovaFeed a annoncé mercredi la construction prochaine, en collaboration avec un programme de recherche australien, d'une usine destinée à élever des moustiques à l'échelon industriel, pour lutter contre les maladies que leurs congénères transmettent habituellement à l'espèce humaine, la dengue notamment.

Le pays d’implantation de l’usine reste à déterminer.

Dans le cadre d’un partenariat avec le World Mosquito Program (WMP), un programme de recherche australien à but non lucratif, la jeune pousse française, spécialisée jusqu’ici dans la production de protéines d’insectes pour nourrir les animaux d’élevage, va donc apporter son expérience dans un tout nouveau champ d’application.

Cette usine sera le « premier site d’élevage de moustiques à échelle industrielle », affirment les deux partenaires dans une communication conjointe.

Le World Mosquito Program a mis au point il y a près de dix ans un procédé qui permet d’inoculer dans les femelles moustiques une bactérie présente à l’état naturel dans « 60% des insectes à travers le monde » et de « supprimer la transmission de ces virus (dengue, notamment) à l’être humain », a déclaré à l’AFP Bruno Col, porte-parole du World Mosquito Program.

Ce programme de recherche collaborative, financé notamment par la Fondation Bill and Melinda Gates, a déjà procédé à plusieurs lâchers de moustiques porteurs de cette bactérie appelée Wolbachia, d’abord en Australie, puis au Brésil, en Nouvelle-Calédonie, ou encore en Indonésie, notamment.

Dans ce pays, le WMP a mené une étude d’impact sur une population d’environ 300 000 personnes : « au bout de trois ans, nous pouvons démontrer scientifiquement que nous avons réduit l’incidence de dengue dans les régions où nous avons introduit la Wolbachia de 77% », a déclaré M. Col.

Mais face à la prolifération des moustiques et à la propagation toujours plus rapide des maladies transmises par ces derniers à l’espèce humaine -dengue, mais également Zika, Chikungunya et fièvre jaune-, le programme souhaite passer à la vitesse supérieure.

« L’idée, c’est de pouvoir aider des villes de plus grande ampleur, de plusieurs millions de personnes », a expliqué à l’AFP Aude Guo, co-fondatrice d’InnovaFeed. 

La dengue se traduit par de fortes fièvres, des douleurs articulaires et de la fatigue. Dans un faible pourcentage de cas, elle peut être mortelle si elle prend une forme hémorragique ou se porte sur des organes vitaux. Près de 600 personnes en sont mortes au Brésil en 2019. 

SourceAFP

infos coronavirus