L’administration participe pour la première fois à un job dating destiné aux porteurs de handicap

Publié le

Un job dating pour une meilleure intégration des travailleurs reconnus handicapés en entreprises : c’est ce que le Sefi, la Fédération Te Niu O te Huma et la direction générale des Ressources humaines de l’administration du Pays ont co-organisé, ce jeudi, à l’occasion des Journées polynésiennes du handicap organisées à Aorai Tin hau. C’est la première fois que l’administration publique répondait présent.

Publié le 25/04/2024 à 17:35 - Mise à jour le 27/04/2024 à 9:50

Un job dating pour une meilleure intégration des travailleurs reconnus handicapés en entreprises : c’est ce que le Sefi, la Fédération Te Niu O te Huma et la direction générale des Ressources humaines de l’administration du Pays ont co-organisé, ce jeudi, à l’occasion des Journées polynésiennes du handicap organisées à Aorai Tin hau. C’est la première fois que l’administration publique répondait présent.

Une cinquantaine de demandeurs d’emploi en situation de handicap ont pu s’entretenir avec les représentants de près de 25 entreprises. Un recrutement qui intéresse les employeurs : d’abord pour les compétences de ces demandeurs d’emploi, mais aussi pour respecter la règlementation en vigueur.

Depuis 2007, les entreprises de plus de 25 salariés doivent compter au moins 4% de travailleurs handicapés dans leur effectif. Mais ce taux n’est pas réellement appliqué. « On n’est pas pour mettre tout de suite le taux d’embauche à 4%. Il faut qu’on arrive déjà au moins à faire embaucher sur le taux de 2%, estime la présidente de la Fédération Te Niu O te Huma Henriette Kamia. Dans le privé, il y a encore des postes et dans l’administration, ils n’ont pas encore atteint les 2%. »
En fin d’année dernière, un projet de loi du Pays prévoyant de faire revenir le taux de 4% à 2% avait été présenté aux partenaires sociaux rapportaient alors nos confrères de Radio 1.

« Ce n’est pas forcément sous l’angle règlementaire qu’il faut voir les choses, souligne Vaitia Buchin chef de cellule entreprise du service de l’Emploi. Un handicapé a des forces, des qualités qu’il a développées par rapport à son handicap. Par exemple, une personne non voyante va développer des qualités d’écoute intéressantes sur un poste de conseiller, téléconseiller. Un handicap génère forcément une force »

Des job dating destinés au recrutement des personnes en situation de handicap sont organisés depuis 2019, mais c’est la première fois que l’administration territoriale y participe. Un secteur pourtant lui aussi soumis à l’obligation de compter 2% de travailleurs handicapés dans ses effectifs. « Au niveau de l’administration on est soumis aussi au taux des 2% et ça faisait quelques années qu’on avait du mal à l’atteindre, admet Sylvia Berteil, chargée de l’intégration des travailleurs reconnus handicapés dans l’administration. Petit à petit des efforts sont faits et les gens ont moins peur on va dire. »

Les 6 employeurs du public présents ont eu du succès auprès de ces demandeurs d’emploi aux profils administratifs. « Je ne peux pas porter de choses lourdes, (…) donc je cherche dans de l’administratif, dans l’accueil. J’aime renseigner, répondre au téléphone… Pour les personnes en situation de handicap, c’est difficile. Ça ne fait pas longtemps que j’ai une reconnaissance de travailleur handicapé. J’ai découvert que c’est très difficile », raconte Raymond Amaru, en recherche d’emploi.

Henriette Kamia espère qu’il y aura « au moins une ou deux embauches à l’issue de cette journée, on va être optimistes ».

Environ 17 000 personnes sont reconnues en situation de handicap en Polynésie française. Parmi elles, près de 2000 sont des demandeurs d’emploi actifs.

Dernières news

Activer le son Couper le son