dimanche 12 juillet 2020
A VOIR

|

Google change son algorithme pour remonter à la source des informations

Publié le

Les informations exclusives et les reportages originaux impliquant un travail d'investigation vont être mis en avant dans les résultats de recherche de Google, a annoncé le géant américain de l'internet, un changement qui a nécessité des modifications de son algorithme.

Publié le 13/09/2019 à 13:33 - Mise à jour le 13/09/2019 à 13:39
Lecture 2 minutes

Les informations exclusives et les reportages originaux impliquant un travail d'investigation vont être mis en avant dans les résultats de recherche de Google, a annoncé le géant américain de l'internet, un changement qui a nécessité des modifications de son algorithme.

Richard Gingras, vice-président de Google chargé des informations, a publié cette annonce sur le blog de Google jeudi, expliquant que seront mises en avant les sources originales d’une information, les articles dont la production a demandé beaucoup de travail ou les compétences d’un enquêteur expérimenté. Les articles qui présenteraient un « travail d’investigation original et approfondi » se verront attribuer la note la plus élevée possible par un panel d’utilisateurs, a-t-il précisé.

Les membres de ce panel -quelque 10 000 personnes dont les avis aident Google à paramétrer son algorithme- établiront la réputation d’un média en matière de création de reportages et contenus originaux, en promouvant par exemple ceux qui ont reçu le prestigieux Prix Pulitzer.

« Le reportage à l’origine d’une information ne reste pas toujours à l’honneur très longtemps. Beaucoup d’articles, d’enquêtes, d’entretiens exclusifs et autres travaux peuvent être remarquables au point d’être repris par d’autres publications », ce qui brouille les pistes pour retrouver la source originale de l’information, explique Richard Gingras. Avec les changements entrepris par Google, les articles originaux devraient rester plus longtemps dans une position « très visible », détaille-t-il, ajoutant que la définition d’un article original n’étant pas gravée dans le marbre, « nos efforts évolueront en permanence à mesure que nous comprendrons le cycle de vie d’une histoire ».

Les médias reprochent à Google et à son mystérieux algorithme, qui classe les contenus sur le moteur de recherche, de mettre en avant des « click-bait », des informations accrocheuses et pas toujours fiables qui captent l’attention des internautes, au détriment d’articles sérieux, originaux et vérifiés produits par les médias. En outre, en reprenant à leur compte des informations exclusives, des publications tierces privent la source originale de précieux clics et donc de revenus publicitaires.

Sans surprise, l’annonce de Google a donc été plutôt bien accueillie par la profession. « Les résultats de recherche de Google n’ont pas récompensé les investissements dans le journalisme. Si on peut arriver à un modèle où ils le font mieux, c’est bien », a commenté David Chavern, le dirigeant de la News Media Alliance qui représente la presse américaine, interrogé par le New York Times.

« Google va modifier son algorithme pour favoriser les articles originaux. C’est bien ! Comment vont-ils le faire ? Avec une technologie très cool appelée ‘humains' » a plaisanté sur Twitter Nicholas Thompson, rédacteur en chef du site Wired.

« C’est bienvenu, mais je me demande si on n’aura pas un retour de flammes. Ça favorise naturellement les grosses organisations avec des équipes fournies en journalistes d’investigation. Est-ce que ça ne va pas aggraver le déséquilibre économique entre médias nationaux et médias locaux/spécialisés ? », s’est interrogé de son côté Gideon Lichfield, de la MIT Technology Review.

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV