lundi 16 mai 2022
A VOIR

|

Rugby – Agression sur arbitres : “chacun devra répondre de ses actes” déclare Teiki Dubois

Publié le

Jeudi soir, le match de rugby qui opposait l'équipe de Papeete à celle de Faa'a a dû être interrompu. La raison : des violences sur plusieurs arbitres. Rapidement, l'incident a été relayé sur les réseaux sociaux, et les faits, parfois déformés. La Fédération polynésienne de rugby a tenu à s'exprimer.

Publié le 16/04/2022 à 15:34 - Mise à jour le 17/04/2022 à 9:21
Lecture 2 minutes

Jeudi soir, le match de rugby qui opposait l'équipe de Papeete à celle de Faa'a a dû être interrompu. La raison : des violences sur plusieurs arbitres. Rapidement, l'incident a été relayé sur les réseaux sociaux, et les faits, parfois déformés. La Fédération polynésienne de rugby a tenu à s'exprimer.

Cela faisait plus d’une décennie que des violences sur arbitre n’avaient pas eu lieu sur un stade de rugby en Polynésie. Après un temps de réflexion, la fédération polynésienne, qui se dit “choquée et meurtrie” par les évènements de jeudi, a tenu à s’exprimer.

Interrogé ce samedi, le vice-président Teiki Dubois estime que “C’est un incident grave qui a eu lieu. Mais on a entendu de tout et n’importe quoi, donc on va rappeler ce qui s’est passé. On a des joueurs du club de Faa’a qui se sont emporté et on a eu un début d’agression physique sur un arbitre. Les autres juges de touche sont venus pour s’interposer. Avec l’effet boule de neige, il y a d’autres joueurs du club de Faa’a qui sont venus bousculer les arbitres. Donc il y a eu des agressions physiques. Ça c’est un fait. (…) Les dirigeants ont réussi à calmer les joueurs. Il y a un joueur qui a eu du mal à faire tomber la pression donc il a continué à vouloir poursuivre l’arbitre. Ils se sont retrouvé à un moment en face à face. À ce moment là il n’y a pas eu du tout de coups échangés. L’arbitre, on l’a mis au sein de la fédération pour le mettre un peu en sécurité en attendant que les choses se tassent. Le joueur en question a eu du mal à se calmer (…) On a essayé de faire retomber la pression. On n’a pas réussi. C’est à ce moment que les policiers sont arrivés et ont demandé à ce que ça se calme et le calme est revenu.”

“Il y a eu des agressions physiques. C’est un fait”

Teiki Dubois, vice-président de la Fédération polynésienne de rugby

La Fédération dit apporter son entier soutien aux arbitres. “Pour nous, la première chose a été de soutenir les victimes qui sont les arbitres. On a pris leur attache. On s’est rapproché d’eux. Physiquement tout va bien, il n’y a pas de souci. Psychologiquement c’est un peu plus compliqué mais on voulait leur montrer qu’ils peuvent compter sur la fédération pour les soutenir dans ces moments-là“, précise Teiki Dubois.

Concernant les joueurs de Faa’a, “ce ne sont pas des mauvais garçons. Ce sont des bons garçons, mais à un moment ils ont pété un câble. Donc on est tristes pour eux, même si c’est inacceptable ce qu’il s’est passé.”

Dans son communiqué, la fédération souligne que “le développement des Valeurs humaines, telles que le Respect, la Solidarité, la Remise en question sont essentielles et chères à notre sport. Tenir un arbitre responsable d’une défaite, d’un moment difficile ou d’un débordement est un raccourci tenu par certains. Il est impératif d’éduquer chacun de nos licenciés, nos dirigeants et entraineurs, éducateurs, parents à la remise en question.”

“On a un règlement disciplinaire. La Fédération suivra ce règlement.”

Teiki Dubois, vice-président de la Fédération polynésienne de rugby

Une réunion est prévue mardi soir avec “l’ensemble des présidents, l’ensemble des membres du conseil fédéral et l’ensemble des arbitres pour qu’on discute de la suite à tenir par rapport à ces événements. Il faut savoir qu’on a un règlement disciplinaire et que la fédération suivra ce règlement disciplinaire. Les faits seront analysés, seront étudiés. Chacun devra répondre de ses actes, prévient le vice-président à notre micro. La Fédération prendra les mesures qui devront être prises.”

Le communiqué de la Fédération

infos coronavirus