jeudi 13 août 2020
A VOIR

|

« Rame avec Alexandra » : elle arrive dimanche au fenua

Publié le

Il y a deux ans, Alexandra, une jeune femme atteinte de mucoviscidose et greffée des poumons rejoignait Moorea depuis Tahiti en aviron. Une sacrée prouesse pour sensibiliser sur la maladie, le don d’organe et démontrer que rien n’est impossible avec de la volonté. Deux ans plus tard, malgré un début de rejet, elle s’est lancée un nouveau défi encore plus grand : ramer 50 km entre Taha’a et Bora Bora.

Publié le 30/08/2019 à 11:54 - Mise à jour le 30/08/2019 à 15:31
Lecture 2 minutes

Il y a deux ans, Alexandra, une jeune femme atteinte de mucoviscidose et greffée des poumons rejoignait Moorea depuis Tahiti en aviron. Une sacrée prouesse pour sensibiliser sur la maladie, le don d’organe et démontrer que rien n’est impossible avec de la volonté. Deux ans plus tard, malgré un début de rejet, elle s’est lancée un nouveau défi encore plus grand : ramer 50 km entre Taha’a et Bora Bora.

Derniers coups de rame à Saint-Ouen-l’Aumone sur le bassin d’entrainement d’Alexandra Caldas sur l’Oise, qui n’a pourtant pas vraiment les mêmes caractéristiques que le Pacifique sur lequel elle ramera le 14 septembre prochain : « À la différence de la traversée, c’est qu’ici, c’est de l’aviron de rivière, donc c’est relativement calme par rapport à l’océan. Taha’a et Bora Bora, ça sera de l’aviron de mer. Du coup, ça sera des houles de plus de 1 mètre, donc il faudra surfer un peu sur la vague ».

Lire aussi > Le nouveau défi d’Alexandra : ramer de Taha’a à Bora Bora

Mais pour faire les 50 kilomètres de traversée aux îles Sous-le-Vent, elle pourra compter sur 5 autres partenaires, dont son ancien kinésithérapeute basé à Tahiti et à l’origine de ce défi fou pour cette jeune femme de 23 ans, transplantée des deux poumons il y a 6 ans et atteinte de mucoviscidose. « J’ai une fréquence cardiaque qui est assez élevée au repos. Donc il faut que je fasse attention à ne pas dépasser une certaine fréquence » explique-t-elle.

Alexandra à Saint-Ouen-l’Aumone. (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Si du souffle, elle n’en a pas beaucoup, elle compense avec une volonté hors-norme. En janvier, un début de rejet l’a contrainte à un long suivi médical et à imaginer l’abandon du projet, mais aujourd’hui, elle a eu son diplôme, elle poursuit ses études en alternance et elle sera bien au départ à Taha’a. « Je dis souvent que je veux rendre l’impossible possible, et ce message passe très bien. Et je vois qu’il ne passe pas forcément que pour moi, mais pour les autres, et ceux qui ne sont pas forcément malades. Alors je me suis dit qu’il fallait recommencer, faire une deuxième édition plus grande, plus longue, qui a plus de valeurs et d’importance parce que c’est sur les traces de la Hawaiki Nui » nous dit Alexandra, qui arrivera ce dimanche 1er septembre au fenua.

Et pour supporter la jeune femme, une trentaine de personnes rameront à ses côtés entre Taha’a et Bora Bora, dont deux bateaux de transplantés reinaux.

REPORTAGEEric Dupuy

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Raromatai : le programme « Faito tano » pour...

Initié à Raiatea il y a 2 ans, le programme "Faito tano" rassemble aujourd’hui près d’une centaine de familles des îles Sous-le-Vent. L’objectif de ce projet est de lutter contre le surpoids et l’obésité dès le plus jeune âge. Un travail d’accompagnement mené en collaboration avec plusieurs partenaires et soutenu par le ministère de la Santé et la CPS.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV