fbpx
jeudi 21 novembre 2019
A VOIR

|

Alexandra remporte son défi à pleins poumons sur les traces de la Hawaiki Nui

Publié le

Elle l’a fait ! Samedi, Alexandra Caldas a ramé 43,5 kilomètres, de Taha’a jusqu’à Bora Bora, comme les aito de la Hawaiki Nui, malgré la mucoviscidose dont elle souffre depuis sa naissance.

Publié le 14/09/2019 à 22:51 - Mise à jour le 16/09/2019 à 9:23
Lecture 2 minutes

Elle l’a fait ! Samedi, Alexandra Caldas a ramé 43,5 kilomètres, de Taha’a jusqu’à Bora Bora, comme les aito de la Hawaiki Nui, malgré la mucoviscidose dont elle souffre depuis sa naissance.

La petite héroïne de 23 ans pour 43 kilos n’était pas seule. Autour de son bateau de quatre rameurs et d’une barreuse, d’autres va’a se lançaient le même défi, avec à bord des patients dialysés de Raiatea. Henbuiss Taruoura, par exemple, est dialysé depuis 2001, et ne faisait presque plus de sport. Inspiré par le défi d’Alexandra, il s’est remis au va’a depuis six mois, et l’a accompagnée jusqu’à Matira.

Alexandra a beaucoup souffert du dos, mais a achevé son défi sans jamais être remplacée – Photo : Mike Leyral

Ce formidable exploit, elle le doit d’abord à un mental d’acier, forgé par les épreuves médicales. Depuis sa naissance, Alexandra a vu plusieurs fois la mort de près. Il y a six ans, elle a même été greffée des poumons. Mais ce samedi, c’est la vie qui triomphe. La jeune femme, à qui l’on donnait 17 ans d’espérance de vie à la naissance, a démontré que l’optimisme et la volonté repoussent bien des barrières, même celles de la science et du temps.

A partir de la passe de Bora Bora, les bateaux ont avancé de front – Photo : Mike Leyral

Elle le doit, aussi, à Matthieu Forge, son ancien kinésithérapeuthe, un passionné d’aviron, qui a lancé la discipline à Tahiti. Et a prouvé, aussi, que l’aviron, plus rapide que les va’a par temps calme, peut trouver sa place en Polynésie, au côté des pirogues.

Au-delà de cet exploit sportif, Alexandra se bat aujourd’hui pour faire connaître la mucoviscidose, mais aussi pour encourager la greffe d’organes. Souvent, en cas de décès accidentel, la famille refuse de donner les organes, car elle ne connaît pas la volonté du défunt. Il faut donc en parler de son vivant, car ces greffes permettent aux malades de renaître. Alexandra le démontre, à pleins poumons.

Alexandra Calvas, juste après son arrivée à Matira

Que deviennent les déchets des bateaux de plaisance ?

Sur terre ou sur la mer, le tri est un réflexe pour les éco-citoyens. Dans le cadre de la semaine de réduction des déchets, nous nous sommes intéressés aux marins qui ont choisi de vivre à bord d’un voilier. Souvent pointés du doigt et accusés de polluer les lagons, ils se défendent : ces gens de la mer prônent un mode de vie écolo.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

La période de reproduction de la grande barrière de...

Chamboulé par le réchauffement climatique et l'augmentation des températures de la mer, l'écosystème corallien le plus important du monde explose une fois...

Nouvelle saisie de 1,7 kilo d’ice à l’aéroport

Quatre hommes ont été arrêtés par les douaniers, mardi à l'aéroport international de Tahiti-Faa'a, de retour de Hawaii. Ils transportaient 1,691 kilo d’ice dissimulés dans des rames de paddle board.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X