jeudi 29 septembre 2022
A VOIR

|

La carte professionnelle, une reconnaissance pour les éducateurs sportifs

Publié le

La direction de la Jeunesse et des Sports a lancé une campagne de communication sur la règlementation des activités physiques et sportives. Objectifs : prévenir les professionnels des activités physiques et sportives intervenant contre rémunération de leurs obligations et assurer in fine, une pratique du sport en toute sécurité pour l'ensemble des pratiquants.

Publié le 12/09/2022 à 15:37 - Mise à jour le 13/09/2022 à 9:30
Lecture 2 minutes

La direction de la Jeunesse et des Sports a lancé une campagne de communication sur la règlementation des activités physiques et sportives. Objectifs : prévenir les professionnels des activités physiques et sportives intervenant contre rémunération de leurs obligations et assurer in fine, une pratique du sport en toute sécurité pour l'ensemble des pratiquants.


La carte professionnelle concerne les éducateurs et coachs sportifs, entraîneurs, moniteurs ou encore guides et accompagnateurs qui interviennent contre rémunération. Plus besoin de se déplacer pour l’obtenir : la direction de la Jeunesse et des Sports (DJS) a misé sur la dématérialisation des inscriptions. Il suffit de se rendre sur ce site et de remplir le formulaire. Le demandeur doit être diplômé de la discipline enseignée et il doit également fournir un certificat médical d’aptitude à l’encadrement et à la pratique de la discipline. “Ensuite, on vérifie que le casier judiciaire soit favorable pour que la personne puisse enseigner une pratique sportive. (…) Cette carte professionnelle est une reconnaissance, et pour le mouvement sportif, c’est important d’avoir des éducateurs formés. Et pour l’usager, c’est vraiment la garantie d’avoir une prestation à la hauteur de ses attentes” précise Sébastien Labayen, éducateur sportif au sein de la DJS.

Le délai d’obtention de la carte professionnelle varie de 3 jours à 3 semaines. À ce jour, près de 800 cartes ont été délivrées.

L’heure est aujourd’hui à l’information et la prévention. Des contrôles seront effectués sur le terrain afin de veiller au respect de la règlementation. En cas d’infraction, les sanctions peuvent aller jusqu’à 895 000 Fcfp d’amende et 1 an de prison.

L’enseignement, l’encadrement ou l’animation d’une activité physique doit être déclarée.

infos coronavirus