A VOIR

|

Willy David, du fauteuil roulant au tour du monde à la voile

Publié le

Willy David est skipper et handicapé. Il a mené son catamaran spécialement aménagé jusqu'à Tahiti où nous l'avons rencontré. Portrait.

Publié le 27/11/2022 à 20:44 - Mise à jour le 30/11/2022 à 17:04
Lecture 2 minutes

Willy David est skipper et handicapé. Il a mené son catamaran spécialement aménagé jusqu'à Tahiti où nous l'avons rencontré. Portrait.


Willy David se déplace à terre grâce à un fauteuil roulant, mais à bord de son catamaran, il navigue comme n’importe quel autre marin. Préparé à Lorient, le Moea Piti est doté d’un poste de barre parfaitement adapté à son capitaine. Willy et sa femme, qui ont déjà traversé la Méditerranée et l’Atlantique, jettent l’ancre à Tahiti, pour une escale technique, avant de repartir à Mopelia pour les fêtes. Paroles d’un skipper d’exception : “Il y a toujours des moments qui sont compliqués, dans la vie de tout le monde. Il y a toujours des hauts et des bas. Le handicap ne facilite pas les choses. Mais, je suis bien entouré, j’ai une femme qui est toujours près de moi, mes enfants aussi. Ça compte beaucoup dans la vie d’une personne handicapée. Il faut s’accrocher et tous les jours se battre pour arriver à atteindre ses objectifs.”

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

“Je ressens un espace de liberté, la mer est à moi. Je joue avec les éléments, le vent, le soleil. Se déplacer à la voile est quand même quelque chose d’extraordinaire. Parfois on se fait secouer, ça peut arriver, mais c’est le lot de tous les navigateurs.”

“C’est un beau défi de ne rien demander à personne, de pouvoir vivre en autonomie complète, dans des atolls complètement inhabités. Ce bateau est un moyen, pour moi, de repousser encore plus les limites et me pousser dans mes retranchements. Je suis capable de le faire. Ça nécessite une énergie importante, j’espère pouvoir le faire encore longtemps. J’ai encore le moral et les muscles qui sont là, donc je vais encore faire quelques années, c’est sur.”