vendredi 23 août 2019
A VOIR

|

Vidéos – Des tarifs premium pour United, l’aéroport se prépare à l’arrivée de nouveaux touristes

Publié le

Publié le 12/12/2017 à 16:44 - Mise à jour le 12/12/2017 à 16:44
Lecture 2 minutes

United Airlines a annoncé l’ouverture l’année prochaine d’une nouvelle liaison internationale, vers la Polynésie.  Une annonce confirmée par la ministre du Tourisme, compte tenu de l’accord de ciel ouvert France-Etat Unis. “Nous ne pouvons pas refuser leur demande puisque nous avons des accords bilatéraux depuis 1998. Après nous pouvons discuter des jours de touchée, du nombre de rotations, des horaires de rotation, et c’est la discussion que nous avons entamé ce matin avec eux”, explique Nicole Bouteau.

Pour l’heure, seuls des tarifs flexibles sont proposés en ligne. Comptez toutefois 190 000 Fcfp l’aller-retour Papeete-San Francisco en économie plus. Au contraire de French Blue, United se positionne principalement dans une gamme premium.
“On a plus de la moitié de l’avion qui est configuré pour de la business ou de l’éco +. Et les tarifs annoncés pour le moment sont effectivement des tarifs premium.” 

La promotion de la Polynésie sur le marché Nord Américain semble une réussite. United prévoit 3 vols par semaine.  Plus d’arrivées c’est donc plus de “slots” comprenez les créneaux horaires à gérer pour Aéroport de Tahiti.
French Blue a d’ailleurs accepté de revoir les horaires d’arrivée de ses 2 vols hebdomadaires qui se poseront le matin et non plus le soir comme prévu initialement.  “La venue de United Airlines comme celle de French Blue a nécessité de notre côté une analyse des demandes des créneaux horaires que les compagnies nous ont formulé bien avant de déclencher leur offre, pour qu’on puisse effectivement vérifier si elles s’inséraient correctement dans le planning des vols existants des compagnies historiques comme Air France et Air Tahiti Nui”, détaille Eric Dumas directeur général d’Aéroports de Tahiti. En terme de capacité, l’aéroport peut traiter 3 vols en simultané tant sur le tarmac qu’aux comptoirs d’enregistrement.

L’arrivée de deux nouvelles compagnies a convaincu ADT d’accélérer son programme d’investissement de 820 millions de Fcfp pour 2018 bien que la société arrive en fin de concession. “On avait déjà l’idée de réaménager la salle d’embarquement à l’international parce qu’on avait quelques problèmes de saturation le samedi soir. L’arrivée de French Blue et United nous a définitivement convaincus d’accélérer le mouvement, bien qu’on soit en fin de concession. On a quand même un programme d’investissements de plus de 820 millions en 2018. Et parmi ces 820 millions, il y a une bonne partie consacrée à la restructuration de la salle d’embarquement. On va redéfinir la disposition des places assises et optimiser l’espace de la salle d’embarquement pour arriver à 700 places assises minimum.” 

Déjà 3 compagnies aériennes américaines viennent régulièrement à Tahiti : Hawaiian Airlines, mais aussi Delta et Americain airlines qui ont respectivement, des partages de code avec  Air France et Air Tahiti nui.

Rédaction web avec Thomas Chabrol

Nicole Bouteau, ministre du Tourisme

Eric Dumas directeur général d’Aéroports de Tahiti

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Économie : l’embellie se confirme en Polynésie

Au volet économie, la reprise de l’activité se confirme ! L’IEOM, l’AFD et l’ISPF ont présenté mercredi les comptes économiques rapides 2018 de la Polynésie. Ils révèlent un Produit intérieur brut en progression de 2,5 %. Les principaux moteurs de cette croissance sont la consommation des ménages, les exportations et les investissements. Les détails dans ce dossier :

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".