samedi 15 mai 2021
A VOIR

|

Viande avariée réemballée : pour Te Tia Ara, il faut « qu’il y ait des contrôles impromptus »

Publié le

De la viande avariée, réemballée pour être vendue... Après le témoignage d'un jeune boucher sur notre chaîne samedi, l’association Te Tia Ara a interpellé la DGAE. Selon cette association de défense des consommateurs, cette pratique a déjà été constatée en 2005. Elle demande un contrôle plus sévère du service d’hygiène.

Publié le 19/01/2021 à 9:59 - Mise à jour le 19/01/2021 à 10:33
Lecture 2 minutes

De la viande avariée, réemballée pour être vendue... Après le témoignage d'un jeune boucher sur notre chaîne samedi, l’association Te Tia Ara a interpellé la DGAE. Selon cette association de défense des consommateurs, cette pratique a déjà été constatée en 2005. Elle demande un contrôle plus sévère du service d’hygiène.

Retirer de la viande périmée de son emballage pour la réemballer avec une nouvelle date de péremption : même si ce n’est pas nouveau selon l’association Te Tia Ara, cela reste totalement  illégal.

C’est la première fois en Polynésie que de telles images sont filmées. L’association en appelle aujourd’hui  au service d’hygiène du Pays pour prendre des mesures drastiques. « Ce qu’on espère, c’est qu’il y ait des contrôles impromptus. ce n’est que comme ça qu’on peut y arriver. S’il n’y a pas de contrôles impromptus, comment voulez-vous qu’on y arrive ? Peut-être qu’à l’heure actuelle, où je vous parle, il n’y a plus rien dans ce magasin. Vous allez contrôlez, y’a rien. On va vous dire « mais non, il n’y a plus rien » », explique Makalio Folituu, président de l’association de défense des consommateurs polynésiens Te Tia Ara.

Lire aussi : Périmée, la viande est ré-emballée pour être vendue

Pour Sabine Basile, directrice générale des Affaires économique, « ce qui est compliqué c’est que la Polynésie est sur une zone géographique qui est équivalente au territoire européen donc c’est évident qu’on ne peut pas être partout et tout le temps. Mais on n’est pas les seuls la DGAE à pouvoir faire ce contrôle. On a une audience au tribunal correctionnel, je crois que c’est au mois d’avril, sur ce type justement de délits. »

Te Tia Ara, qui, à travers le courage de ce jeune boucher de 23 ans, espère encourager d’autres lanceurs d alerte a dénoncer ce genre de fraude. « Il faut que le Polynésien devienne acteur. Quand on n’est pas acteur, qu’on reste spectateur, ça donne que personne n’ose faire comme ce jeune homme, aller à la télé et dire« , estime Makalio Folituu.

Rappelons que vendre de la viande périmée est un délit passible de 2 ans d’emprisonnement et d’une amende de près de 4.5 millions de Fcfp. Une peine doublée s’il y a mise en danger de la vie d’autrui.

infos coronavirus