mercredi 12 août 2020
A VOIR

|

Un vide-greniers pour aider les étudiants de l’UPF en difficulté

Publié le

En collaboration avec les services de l’université de la Polynésie française (UPF), un vide-greniers sera prochainement organisé afin de venir en aide aux étudiants en difficulté. La récolte a démarré depuis la semaine dernière et permettra aux élèves de faire une rentrée scolaire en toute sérénité, car pour beaucoup, la bourse d’étude ne suffit pas.

Publié le 15/06/2020 à 15:49 - Mise à jour le 15/06/2020 à 16:02
Lecture 2 minutes

En collaboration avec les services de l’université de la Polynésie française (UPF), un vide-greniers sera prochainement organisé afin de venir en aide aux étudiants en difficulté. La récolte a démarré depuis la semaine dernière et permettra aux élèves de faire une rentrée scolaire en toute sérénité, car pour beaucoup, la bourse d’étude ne suffit pas.

C’est dans une salle de cours de l’université que des dons en tout genre (produits ménagers, literie, ustensiles de cuisine, vêtements, matériel scolaire…) provenant de particuliers, d’enseignants ou même d’étudiants, sont stockés depuis le 11 juin. L’initiative est portée par deux associations d’étudiants soit une vingtaine d’élèves mobilisés pour mener à bien cette action de solidarité.

L’appel aux dons permettra de soulager les étudiants en difficulté financière. « Ces vêtements seront vendus à moindre coût aux étudiants l’année prochaine. (…) L’université a remarqué que beaucoup d’étudiants n’avaient pas les moyens de s’équiper ou de s’habiller » explique Haiata Poherui, présidente de l’association du centre d’hébergement d’étudiants.

« C’est très difficile, par exemple, pour un étudiant des îles qui vient se loger ici, qui n’a pas de famille, qui pas de moyens de transport, de s’équiper. Et donc cela permettrait de leur enlever un poids déjà, dans leur vie d’étudiant » explique Hoanui Mariassoucé, président de l’association des résidents du campus et vice-président étudiant de l’université. Car la bourse ne suffit pas toujours, surtout quand on vient s’installer pour la première fois à Tahiti ce qui entraîne de nombreux achats.

Sur les plus de 3 000 étudiants de l’UPF, 1 035 sont boursiers dont 300 sont dans une situation de précarité.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

L’ensemble de la récolte sera vendu à bas prix (entre 50 Fcfp à 1 000 Fcfp maximum) à la rentrée prochaine aux étudiants logés sur le campus, au centre d’hébergement des étudiants de Outumaoro, ainsi que pour les étudiants en situation de précarité. Une vente qui permettra d’organiser d’autres actions de solidarité au sein du campus.

La Maison des œuvres universitaires et de la vie étudiante (MOUV) a également préparé des kits qui seront vendus aux étudiants logés sur le campus lors de la remise des clés des chambres.

Vous pouvez déposer des affaires pour les étudiants jusqu’au 10 juillet.
Le vide-greniers sera organisé le 5 septembre de 8 heures à 16 heures à la halle des sports des l’université.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV