mercredi 12 août 2020
A VOIR

|

Tamahere : « Je voulais jeter une boule de neige sur mon papy »

Publié le

Tamahere a exaucé son rêve. Le garçon de 13 ans atteint d’une myopathie dégénérative est rentré de Nouvelle-Zélande. Début octobre, une chaîne de solidarité était lancée sur les réseaux sociaux pour aider sa famille à financer le voyage. Grace aux dons, il a pu découvrir le pays du long nuage blanc, et le blanc, il l’a même vu en touchant la neige pour la première fois.

Publié le 24/11/2019 à 19:29 - Mise à jour le 26/11/2019 à 9:50
Lecture 2 minutes

Tamahere a exaucé son rêve. Le garçon de 13 ans atteint d’une myopathie dégénérative est rentré de Nouvelle-Zélande. Début octobre, une chaîne de solidarité était lancée sur les réseaux sociaux pour aider sa famille à financer le voyage. Grace aux dons, il a pu découvrir le pays du long nuage blanc, et le blanc, il l’a même vu en touchant la neige pour la première fois.

Un voyage pour dépasser le handicap et réaliser un rêve. Tamahere Tihata est rentré la tête pleine de souvenirs. Du 9 au 19 novembre, le jeune garçon et sa famille, ainsi que des amis et deux infirmiers, sont partis à la découverte de la Nouvelle-Zélande avec un objectif : toucher la neige pour la première fois. Ce rêve a été exaucé dans la région de Taupo, au mont Ruapehu : « C’était glacial, j’ai eu des frissons. On pouvait même mettre du sirop dans la neige, tellement c’était bon ! J’ai rigolé, tout le monde a rigolé, parce que tout le monde était content de voir la neige ».

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Au fil des kilomètres, les rencontres avec la communauté maori ont permis de créer de nouvelles amitiés et d’encourager Tamahere dans sa lutte contre la maladie. Cet élan de solidarité a ému jusqu’au pied des montagnes. Bravant le froid et les mauvaises conditions météorologiques, le garçon de 13 ans et ses proches n’ont jamais renoncé à atteindre leur objectif. « On a finalement pu l’amener à la neige jusqu’au sommet, malgré les intempéries. C’était périlleux. On a dit au technicien qu’on était là, et que d’arriver à ce sommet, c’était notre but et qu’on ne ferait pas marche arrière » explique Leidy, la maman de Tamahere.

> Voir aussi : Le rêve de Tamahere

Et cette persévérance a marqué les esprits. Pour que Tamahere vive ce moment unique et sente le froid du bout des doigts : « Le technicien de Ruapehu -que l’on remercie d’ailleurs- nous a dit : ‘voilà, ce petit mérite d’aller jusqu’au bout. Il a embarqué tout ce monde avec lui, juste pour lui. Alors je vais vous emmener au sommet' » poursuit la maman.

Entouré par ses proches, Tamahere a aujourd’hui trouvé la force de freiner la maladie et de penser encore à de nouveaux rêves…

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV