samedi 30 mai 2020
A VOIR

|

Revenge porn : comment s’en protéger ? Quelles peines encourues ?

Publié le

Le revenge porn, vengeance pornographique ou pornodivulgation est une pratique de plus en plus courante. Comment s'en protéger ? Que faire si on en est victime ? Quelles peines pour ceux qui diffusent ces contenus ? Eclairage dans la Web Zone :

Publié le 19/02/2020 à 9:35 - Mise à jour le 19/02/2020 à 11:09
Lecture 2 minutes

Le revenge porn, vengeance pornographique ou pornodivulgation est une pratique de plus en plus courante. Comment s'en protéger ? Que faire si on en est victime ? Quelles peines pour ceux qui diffusent ces contenus ? Eclairage dans la Web Zone :

La semaine dernière en métropole, le candidat macroniste Benjamin Griveaux s’est retiré de la courses aux municipales à Paris, après la diffusion de vidéos intimes. Avec l’essor d’internet et des réseaux sociaux, ce genre d’actes devient courant.

Et cela porte même un nom : le revenge porn, vengeance pornographique ou pornodivulgation en français. Il s’agit de contenu sexuellement explicite partagé en ligne sans le consentement de la ou des personnes apparaissant sur les images. Souvent, cette pratique a pour but de se venger, dans le cas d’une rupture par exemple.

Si l’affaire a fait grand bruit autour de Benjamin Griveaux, en métropole comme en Polynésie, ce sont les jeunes qui sont de plus en plus concernés. Et pour cause : l’utilisation d’Internet et de nos smartphones a pris une place importante dans nos quotidiens et dans toutes les relations y compris les relations de couple.

Comment s’en protéger ?

Pour se protéger de cette pratique :
– évitez d’envoyer des sextos, des vidéos et/ou images sexuellement explicites
– si vous décidez de partager de telles images de vous, veillez à ne pas être reconnaissables : pas de visage, tatouage, piercing ou autre signe reconnaissable…

Que faire lorsqu’on est victime ?

Si vous êtes victime de pornodivulgation :
– faites des captures d’écran pour garder une preuve
– signalez le contenu à la plateforme sur laquelle il a été publié
– bloquez la personne à l’origine de la divulgation des images
– confiez-vous à une personne de confiance, à un responsable si vous êtes mineur et/ou dans un cadre scolaire
– n’ayez pas peur ou honte de porter plainte auprès de la gendarmerie

Quelles peines pour ceux qui diffusent ?

Pour ceux qui diffusent du contenu de ce type sans le consentement des personnes concernées, c’est le Code pénal qui s’applique en métropole comme en Polynésie. Les peines encourues vont jusqu’à 2 ans de prison et 60 000 euros d’amende, soit environ 7 millions de Fcp selon l’article 226-2-1. Le seul fait de diffuser sans consentement suffit même si les images ont au départ été prises avec l’accord de la personne. Ces sanctions concernent aussi les propos à caractère sexuel.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

La quatorzaine maintenue pour les déplacements entre la métropole...

Des mesures de contrôles "très strictes des déplacements" vers les Outre-mer sont maintenues avec une "quatorzaine" à l'arrivée, a annoncé jeudi le Premier ministre, mais plus de vols sont envisagés pour les vacances "si les conditions sanitaires le permettent".

Où jeter les masques pour limiter la pollution ? Que...

La crise du Covid-19 entraîne avec elle de nouveaux comportements et surtout de nouveaux déchets tels que les gants en latex, les masques de protection... Jetables, oui, mais n'importe comment et n'importe où, non. Quant aux masques en tissu, plutôt que de les jeter, et si on leur donnait une nouvelle vie ?

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV