Mort de deux agents pénitentiaires : une minute de silence et un sit-in de leurs collègues polynésiens

Publié le

Pour rendre hommage aux deux agents de l’administration pénitentiaires tués, mardi en métropole, après que leur fourgon a été attaqué pour permettre l’évasion d’un détenu, leurs collègues de Polynésie observeront une minute de silence, mercredi, et effectueront un sit-in. « Ils ont été abattus. C’est choquant », souffle Alice Fatuma, secrétaire locale FO Justice à Nuutania.

Publié le 14/05/2024 à 14:17 - Mise à jour le 15/05/2024 à 9:48

Pour rendre hommage aux deux agents de l’administration pénitentiaires tués, mardi en métropole, après que leur fourgon a été attaqué pour permettre l’évasion d’un détenu, leurs collègues de Polynésie observeront une minute de silence, mercredi, et effectueront un sit-in. « Ils ont été abattus. C’est choquant », souffle Alice Fatuma, secrétaire locale FO Justice à Nuutania.

Les agents pénitentiaires de Tatutu et de Nuutania participeront au mouvement national lancé par une intersyndicale suite au drame qui s’est déroulé, ce mardi, au péage d’Incarville, en métropole. Deux de leurs collègues ont été froidement tués, et trois autres grièvement blessés, lors de l’évasion d’un trafiquant de drogue.

Un commando d’hommes lourdement armés a attaqué le fourgon dans lequel le détenu se trouvait pour permettre sa fuite. « C’est la première fois que des agents sont attaqués comme ça. On a vu des images. Ils ont été abattus. C’est choquant. Les assaillants avaient des armes de guerre », explique Alice Fatuma, la secrétaire locale FO Justice à Nuutania.

Une minute de silence sera observée à Tatutu et Nuuatnia, ce mercredi, et des sit-in seront organisés devant les deux établissements. « Le service sera maintenu, mais il y aura peut-être des petits ralentissements », ajoute Alice Fatuma.

Les fonctionnaires entendent aussi, par cette manifestation, apporter leur soutien à leurs trois collègues de Nouvelle-Calédonie qui ont été pris en otage, lundi, dans la prison Camp-Est de Nouméa. L’un d’eux a été grièvement blessé.

« En Polynésie, ce n’est pas pareil qu’en métropole, mais les choses ont changé par rapport à avant. Il y a plus de violence. Des collègues se sont fait bruler leurs voitures. C’est inquiétant », conclut la secrétaire locale FO Justice à Nuutania.

Dernières news

Activer le son Couper le son