samedi 4 juillet 2020
A VOIR

|

Raiatea : les pêcheurs sous-marins revoient les règles de sécurité

Publié le

En Polynésie, les accidents en milieu sous-marin sont de plus en plus fréquents, notamment lors de sessions de chasse sous-marine. Depuis le début de l’année, on compte déjà trois morts et un disparu. A Raiatea, l’association de chasse sous-marine Black Fins a voulu réagir. Ce week-end, les membres du club ont troqué leurs fusils de chasse pour donner une formation de rappel des règles de sécurité. En 2 jours, près d’une vingtaine de pêcheurs ont répondu présent.

Publié le 23/10/2019 à 15:47 - Mise à jour le 24/10/2019 à 11:34
Lecture < 1 min.

En Polynésie, les accidents en milieu sous-marin sont de plus en plus fréquents, notamment lors de sessions de chasse sous-marine. Depuis le début de l’année, on compte déjà trois morts et un disparu. A Raiatea, l’association de chasse sous-marine Black Fins a voulu réagir. Ce week-end, les membres du club ont troqué leurs fusils de chasse pour donner une formation de rappel des règles de sécurité. En 2 jours, près d’une vingtaine de pêcheurs ont répondu présent.

Passage incontournable pour les débutants comme pour les initiés : le rappel des consignes de sécurité. L’idée n’est pas de dissuader le pêcheur de pratiquer son activité favorite, mais de lui éviter tout accident… 

« Déjà, quand on part en chasse sous-marine, on prévient les personnes de l’endroit où on va aller, rappelle Frédéric Duguet, formateur de la Fédération tahitienne des sports subaquatiques de compétition. On part en binôme, on s’équipe, on déjeune, on s’hydrate et surtout on prend vraiment conscience de ses capacités. »

Apprendre à bien lester sa ceinture, à être visible dans l’eau, à décompresser, respecter les paliers… La deuxième partie de la formation se déroule sous la surface. La plupart des accidents de plongée sont dus à une négligence des règles de base.

« On ne va pas dépasser ses mesures, et quand on est en binôme, on se limite toujours à la profondeur de la personne qui descend le moins profond », poursuit le formateur.

Il y a huit ans, Michel Williams en a fait les frais. Lors d’une session de pêche, il est allé au-delà de ces limites et a fait une grave syncope.

« C’était la troisième journée de pêche et ce jour-là j’ai fait une syncope, raconte le pêcheur professionnel. Par la suite ils m’ont réanimé pendant six minutes. Après je suis revenu à moi. J’ai eu la chance d’avoir mon binôme de sécurité pour me sauver. Sans lui je ne serais pas là pour partager mon expérience. »

Trois facteurs accentuent les risques d’accidents : le niveau de profondeur, l’âge et surtout la forme du plongeur. Alors en cas de fatigue, mieux vaut repousser à plus tard sa session de pêche.

REPORTAGERony Mou-Fat

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Essais nucléaires, 54 ans après : une situation « dramatique et...

Ce jeudi 2 juillet marque le 54ème anniversaire du premier tir des essais nucléaires en Polynésie. L’association 193 s’est réunie pour un sit-in devant le haut-commissariat. Une manifestation en mémoire des victimes des essais nucléaires et pour que justice soit rendue.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV