samedi 6 juin 2020
A VOIR

|

Procès Air Moorea : une nouvelle version sur la rupture du câble

Publié le

Publié le 16/10/2018 à 14:38 - Mise à jour le 16/10/2018 à 14:38
Lecture 2 minutes

À l’aide d’une maquette grandeur nature de la queue du Twin Otter, les experts cités par les avocats de la défense ont émis une nouvelle hypothèse qui, selon eux, fait office de certitude : la rupture du câble de gouverne à cabrer ne s’est pas produite en plein vol, mais au moment de la remontée de l’épave par le robot sous-marin du câblier Île de Ré.

>>> Lire aussi : Procès Air Moorea : divergences sur les raisons de la rupture du câble

« Il s’est rompu, au moment du relevage de l’épave, lorsque l’empennage arrière a été relevé et qu’il y a eu une séparation de la partie arrière du fuselage et de l’empennage » explique Francis Pierre, ancien directeur technique d’Air Tahiti, cité par la défense.

> « Un avion ne tombe pas par hasard »

C’est donc selon eux pour une autre raison que l’appareil s’est abîmé en mer : « Plusieurs possibilités ont été évoquées : soit la défaillance humaine soit l’erreur de pilotage. Un avion ne tombe pas par hasard » poursuit Francis Pierre.

Une version à l’opposé de celle des fonctionnaires du Bureau d’Enquêtes et d’Analyses pour la Sécurité de l’Aviation civile (BEA), mais aussi des experts judiciaires auxquels a fait appel le tribunal. Eux assurent que le câble s’est bien rompu juste après le décollage. Mais les agents du BEA estiment que l’usure du câble ne pouvait à elle seule entraîner sa cassure. C’est donc le souffle d’un réacteur de gros porteur, appelé jet blast, survenu peu avant le décollage qui l’aurait fragilisé davantage jusqu’à un point de rupture.

Une autre analyse que ne partagent pas les experts judiciaires. Selon ces derniers, le câble était suffisamment abîmé pour rompre. Et une inspection de l’appareil aurait permis de détecter le problème. Ce que réfute là encore le représentant du BEA, suscitant la colère des parties civiles pour qui la position de l’intéressé diffère aujourd’hui de ses conclusions écrites. « C’est vraiment particulièrement choquant que des gens comme ça définissent les règles à appliquer en sécurité aérienne. Parce que cela continue aujourd’hui. Je suis très inquiet que des types comme ça travaillent encore » déplore Nikolaz Fourreau, président de l’association 9/8/7, regroupant les familles des victimes.

Et ces contradictions à répétition, au huitième jour du procès, minent les proches des 20 disparus : « On entend tout et son contraire. Tous les témoins entendus y compris les prévenus ont changé leur théorie. L’instruction n’a aucun intérêt à ce moment-là et on joue les condamnations aux dés ! » s’indigne Nikolaz Fourreau.
 

Rédaction web avec Jean-Baptiste Calvas et Sam Teinaore

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Le chef d’Al Qaïda au Maghreb islamique tué au...

Le leader d'Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), l'Algérien Abdelmalek Droukdal, a été tué par les forces françaises dans le nord du Mali, près de la frontière algérienne, a affirmé vendredi sur Twitter la ministre des Armées Florence Parly, confirmant des informations obtenues par l'AFP.

Rurutu et Raiatea : les internes de Rimatara et...

Les internes des Raromatai et de Rimatara ont repris le chemin de l'école, malgré quelques inquiétudes liées au Covid-19. Et si des parents sont toujours réticents à l’idée de renvoyer leurs enfants à l’école, d’autres n’ont pas le choix : touchés par un tourisme en berne, plusieurs foyers se retrouvent en difficulté financière.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV