jeudi 13 août 2020
A VOIR

|

Permis de conduire : le CESEC rend son avis

Publié le

Le CESEC a examiné un projet de loi du pays relative à l’enseignement de la conduite des véhicules terrestres à moteur et de la sécurité routière et portant diverses modifications du code de la route de la Polynésie française.

Publié le 26/06/2020 à 14:14 - Mise à jour le 26/06/2020 à 14:27
Lecture 2 minutes

Le CESEC a examiné un projet de loi du pays relative à l’enseignement de la conduite des véhicules terrestres à moteur et de la sécurité routière et portant diverses modifications du code de la route de la Polynésie française.

Le projet de loi du pays soumis à son avis, accompagné d’un projet d’arrêté, entend poursuivre l’objectif d’accompagnement général des élèves en formation à la conduite et à la sécurité routière, déjà initié par la loi du pays n°2019-32 du 5 décembre 2019 instaurant l’aide au financement du permis de conduire.

Le CESEC relève que l’Autorité polynésienne de la concurrence a été saisie par les autorités compétentes de ce projet de loi du pays. Il regrette que le projet de texte étudié en urgence n’ait pas pu bénéficier de l’éclairage de l’Autorité polynésienne de la concurrence.

Le CESEC recommande de faire un bilan et de tirer les enseignements utiles de la mise en application du dispositif d’aide au financement qui instaure notamment un minimum obligatoire de formation de 10 heures pour la théorie et de 20 heures pour la pratique, pour le public éligible à cette aide.

Il préconise de prévoir les conditions d’une généralisation de ce minimum obligatoire aux candidats du permis B, en concertation avec tous les acteurs concernés, dans le cadre d’une amélioration des résultats aux examens.

(Crédit : CESEC)

Le CESEC constate que le taux élevé d’échec aux examens du permis de conduire s’explique notamment par l’inadaptation des contenus et outils pédagogiques, ainsi que celle de l’évaluation à la pratique. À cet égard, il préconise de suivre les recommandations émises dans son avis n°20-2019 du 2 juillet 2019.

Il souligne également le besoin d’harmonisation pédagogique entre les différents établissements d’enseignement à la conduite.

Il préconise de prévoir l’extension du dispositif d’aide au financement à d’autres catégories que la seule catégorie B (Ex : permis C – Camions), lorsqu’elle participe effectivement à l’insertion professionnelle, économique et sociale de publics démunis.

Le CESEC rappelle par ailleurs les recommandations suivantes :
– la notion « d’échange » des autorisations délivrées hors de Polynésie française avec une autorisation d’exercer en Polynésie mérite d’être précisée,
– pour l’apprentissage anticipé de la conduite, le CESEC préconise que la distance minimale obligatoire de conduite proposée soit estimée et précisée,
– les opérations de sensibilisation à la sécurité routière en interne aux entreprises ne doivent pas faire l’objet d’une obligation de déclaration. Les actions de sensibilisation soumises à déclaration obligatoire doivent être mentionnées et leur champ délimité à minima,
– les dispositifs d’enseignement à la conduite à distance ne doivent pas constituer une obligation onéreuse pour les exploitants d’établissements qui ne souhaitent pas proposer cette prestation. La sanction prévue à l’article LP 144-19 pour le non-respect de cette obligation doit être supprimée en conséquence,
– en cas de décès d’un exploitant d’établissement d’enseignement à la conduite, la durée transitoire de maintien de l’agrément doit être mise en cohérence avec la durée de la formation d’enseignant à la conduite, permettant ainsi au conjoint ou à tout autre personne de se doter des diplômes ou titres exigés,
– la situation des personnes handicapées et de leurs familles doit être prise en compte dans l’ensemble du dispositif afin de favoriser leur accessibilité et leur accompagnement.

L’avis du CESEC a été voté à 46 voix POUR, 0 Contre et 1 Abstention.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : le ministre des Outre-mer fait le point...

À la demande de Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, celui-ci et les membres de son cabinet, ont tenu une visio-conférence ce matin qui a réuni Dominique Sorain, Haut-commissaire de la République, Edouard Fritch, Président de la Polynésie française et Teva Rohfritsch, Vice-Président.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV