A VOIR

|

Ouverture des matinales du “Bien vieillir” à Mahina

Publié le

Un Polynésien sur cinq sera âgé de 60 ans et plus à l’horizon 2030 selon l’ISPF. La commune de Mahina et le contrat de ville s’attellent à faire un état des lieux des besoins des matahiapo des quartiers prioritaires. Les matinales s’ouvrent aux séniors dans les bureaux de vote de la salle Niutoa autour du thème : "Bien vieillir à Mahina".

Publié le 14/06/2022 à 17:26 - Mise à jour le 15/06/2022 à 9:47
Lecture 2 minutes

Un Polynésien sur cinq sera âgé de 60 ans et plus à l’horizon 2030 selon l’ISPF. La commune de Mahina et le contrat de ville s’attellent à faire un état des lieux des besoins des matahiapo des quartiers prioritaires. Les matinales s’ouvrent aux séniors dans les bureaux de vote de la salle Niutoa autour du thème : "Bien vieillir à Mahina".


C’est un public particulièrement vulnérable que la mairie de Mahina et le contrat de ville ont ciblé pour les matinales. Des matahiapo qui vivent dans les quartiers défavorisés de la commune. Leurs pensions de retraite ne suffisent pas à boucler les fins de mois. “J’ai des trucs à payer tous les mois. C’est ça qui m’embête. Après il ne me reste pas beaucoup pour vivre, explique Fifi Tehetia, retraitée de Mahina. Là j’aimerai poser une question, savoir si même ceux qui sont salariés peuvent bénéficier d’une aide au moins alimentaire.”

Comment bénéficier des bons alimentaires, de l’allocation minimum vieillesse, de la Cotorep ou encore du carnet rouge des longues maladies ? Ce sont autant de préoccupations des personnes âgées, qui interpellent la CPS, les affaires sociales, la mairie ou encore les associations. Les matahiapo l’ont bien compris : pour bien vieillir il faut avant tout connaître ses droits. “Vu la vie d’aujourd’hui que nous menons en Polynésie, pour certains, la retraite ne suffira pas. Il faudra qu’on les aide dans la vie de tous les jours. Qu’on les aide à bien vieillir, et surtout qu’on propose des services à domicile adéquats et qui répondent à leurs besoins”, déclare Georges Nahei conseiller technique de la direction des affaires sociales

Partenaire de l’événement, le Contrat de ville finance les actions dans les quartiers prioritaires et en faveur des matahiapo à Mahina mais aussi dans les 9 communes de l’agglomération de Papeete. William Temahuki est le directeur du syndicat mixte en charge du contrat de ville : “(On va intervenir) notamment au niveau de l’accompagnement et des aides qu’ils peuvent solliciter pour améliorer leurs conditions de vie au quotidien. On permet également de financer des programmes pour leur bien-être : des activités sportives et de loisirs pour permettre aux matahiapo de sortir de leur isolement.”

Plus de 2 000 séniors de 60 ans et plus, recensés par la mairie, vivent dans la commune. Ces matinales leurs sont aussi ouvertes ce mercredi pour savoir comment bien vieillir à Mahina.