samedi 4 juillet 2020
A VOIR

|

Mareva Galanter: « Une Tahitienne à Paris »

Publié le

Publié le 03/09/2017 à 10:23 - Mise à jour le 03/09/2017 à 10:23
Lecture 3 minutes

Sur son enfance à Tahiti, Mareva retient surtout le fait d’avoir grandi dehors et au soleil. « Quand nous rentrions de l’école, mes frères et moi, notre mère nous disait de rester jouer dehors parce que la maison était propre. Forcément, cela influe sur les loisirs que vous avez et qui vous construisent : vous ne pouvez pas vous affaler devant la télévision ! »

Quant à savoir ce qu’elle a gardé de ses racines, elle qui vit depuis 18 ans en métropole, la belle répond sans ambages, « sa nonchalance ». Et de développer. « Je me suis rendu compte en arrivant en Métropole que j’ai une nonchalance toute tahitienne. C’est une « coolitude de vie » qui m’amène à intégrer les choses avec beaucoup plus de recul. Je suis amusée d’entendre parler de la « slow life » comme si c’était une tendance. Pour moi, ça fait partie de qui je suis ».

Bien qu’elle se sente « très parisienne », certaines odeurs lui rappelle son île natale. Sa madeleine de Proust version Pacifique Sud. « Le gardénia et le jasmin sont des odeurs que je rapproche de Tahiti, tout comme celle du feu de jardin, car on en fait beaucoup là-bas. Bien sûr, il y a le goût de la noix de coco, sous toutes ses formes, et le poisson cru, dont on est très friands en Polynésie (…) »

Interrogée sur sa maîtrise du reo maohi, elle regrette de le parler « très mal » et de raconter. « Lorsque ma grand-mère et ma mère me parlent tahitien, je réponds en français. J’avais l’accent tahitien jusqu’à 6 ans, mais je suis allée dans une école où il y avait beaucoup d’enfants de Français de Métropole ; ils se moquaient de mon accent, je l’ai donc perdu très tôt. Je n’en suis pas triste, car je ne suis pas sûre que j’aurais pu faire autant de choses dans ma vie si je l’avais gardé. (…) »

Quant à la culture polynésienne, elle en est très fière. « C’est une culture que l’on respecte et dont on est fiers. En Polynésie, on a bien conscience d’être un grain de sable dans l’univers, mais on veut faire perdurer nos danses, nos chants, nos coutumes et nos traditions. Tahiti est un joyau, un paradis unique au milieu de l’océan Pacifique. »

Préoccupée par l’environnement et notamment l’état des océans, elle déclare « Lorsque j’entends parler des coraux qui meurent, des espèces menacées, ça me touche car c’est l’environnement dans lequel j’ai grandi qui disparaît. Tahiti a beau être à l’autre bout de la planète, elle est reliée au reste du monde et est donc touchée par le réchauffement climatique et la pollution des mers ».

La création de sa marque bio et de ses produits, lancée sur le marché il y a un peu plus d’un an doit beaucoup à son enfance passée à Tahiti. « Le bio, c’est une façon de vivre. Si je n’avais pas grandi dans la nature, je ne me serais peut-être pas autant battue pour que cette marque soit bio. Je ne me considère pas comme une militante. Il n’y a pas eu de déclic ou de prise de conscience particulière. Ça fait partie de moi, de ma culture ».

Après avoir trusté les podiums de beauté, et les plateaux de télé, Mareva Galanter se lance dans une carrière de femme d’affaires, comme quoi les élection de Miss sont un bon tremplin, à condition de bien rebondir. Ce qu’elle a su faire.
 

Rédaction Web

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Marquises : les evasans par hélicoptère début juillet

Suite à l’engagement du Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, pris devant la population en octobre dernier, le Vice-président, Teva Rohfritsch a signé, le 29 mai dernier, un marché de transports sanitaires héliportées inter-îles des Marquises avec la société polynésienne Tahiti Nui Helicopters (TNH).

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV