jeudi 6 août 2020
A VOIR

|

Le Pays veut introduire une nouvelle plante aromatique et médicinale en Polynésie

Publié le

Ce mercredi, le ministère de l’Economie verte a présenté au Conseil des ministres une proposition d’étude visant à l’introduction de l’Artemisia annua, une plante aromatique et médicinale actuellement non référencée en Polynésie française, en vue d’autoriser l’importation de ses graines.

Publié le 01/07/2020 à 16:11 - Mise à jour le 01/07/2020 à 16:19
Lecture 2 minutes

Ce mercredi, le ministère de l’Economie verte a présenté au Conseil des ministres une proposition d’étude visant à l’introduction de l’Artemisia annua, une plante aromatique et médicinale actuellement non référencée en Polynésie française, en vue d’autoriser l’importation de ses graines.

Anti-parasitaire, anti-oxydante, anti-virale, anti-microbienne, Artemisia annua est, grâce à la richesse de ses composants, une plante au potentiel considérable aussi bien dans la pharmacopée humaine que vétérinaire explique le compte-rendu du conseil des ministres. Aujourd’hui utilisée pour ses propriétés anti-parasitaires (notamment contre le paludisme), elle est également étudiée avec beaucoup d’intérêt dans les traitements de cancers ou des virus responsables d’épidémies.

Après étude de la Commission des sites et des monuments naturels (CSMN), si l’importation de graines d’Artemisia annua venait à être autorisée, la Polynésie française qui possède une forte culture de la médecine traditionnelle, aurait donc l’opportunité de s’approprier l’usage de cette plante médicinale aux multiples vertus.

Les autres sujets au compte-rendu du conseil des ministres

– Subventions en soutien aux communes pour Makemo, Bora Bora et Punaauia
– Subvention de fonctionnement en faveur de « Tahiti Nui Télévision »
– Projet de loi fiscale pour faire face aux conséquences économiques de la crise sanitaire liée au covid-19 et soutenir l’activité des entreprises polynésiennes
– Sept projets d’investissement d’entreprises soutenus par le Pays
– Révision de la tarification des documents cadastraux
– Introduction en Polynésie française de la plante aromatique et médicinale Artemisia annua
– Projets de loi du Pays portant modifications des dispositifs d’Aide au Digital (DAD) et d’Aide à la Connexion Internet (ACI) et création du dispositif d’Aide à l’Inclusion Digitale (AID)
– Application des mesures à l’entrée en Polynésie française aux agents de l’administration de la Polynésie française
– Cession à titre gracieux de 1 800 masques en tissu à la Fédération Te Niu O Te Huma – Handicap Polynésie française
– Opération de nettoyage des plages aux Tuamotu-Gambier
– Des espaces plus accessibles au conservatoire pour les écoles de danses, de musiques et de chants
– Certificat professionnel polynésien d’accompagnateur d’activités physiques de pleine nature : création et organisation de la mention « randonnée aquatique »
– Subventions de fonctionnement en faveur d’établissements publics d’enseignement de la Polynésie française
– Soutien à l’Union sportive de l’enseignement du premier degré (USEP) et à l’association Union du sport scolaire polynésien (USSP)
– Subvention d’investissement en faveur de l’Institut de la Jeunesse et des Sports de la Polynésie française (IJSPF)

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV