lundi 25 mai 2020
A VOIR

|

L’association Tama Turi Here a célébré la journée mondiale de l’audition

Publié le

Publié le 01/03/2019 à 17:24 - Mise à jour le 01/03/2019 à 17:24
Lecture 2 minutes

Il y avait peu de monde, ce samedi matin, dans les ateliers mis en place dans les jardins de Paofai. D’un côté, des enfants malentendants racontaient leur vie en dessins. Sous la pergola, médecins, éducateurs et professionnels de la surdité accueillaient les visiteurs.
 
L’association Tama Turi Here, à l’origine de cette matinée, vient tout juste de créer son bureau. Elle dispose de peu de moyens, mais elle souhaite se faire connaître auprès des malades et de leurs familles pour les conseiller. Comme par exemple lorsqu’il s’agit d’acheter des appareillages auditifs qui coûtent chers.
 
« Il faut quand même débourser 500 000 Fcfp, explique Jean-Marie Garet, le président de l’association. La CPS prend en charge 90 000 Fcfp par appareil et donc le reste à charge est important. Pour financer les appareils, il faut qu’ils prennent une mutuelle. Nous, tout ce qu’on peut faire, c’est leur donner des conseils pour le moment. Mais ce matin on a discuté avec les personnalités et on compte bien faire avancer les choses. »
 
En 2018, la commission territoriale de l’éducation spéciale (CTES) a recensé 116 enfants et 628 adultes reconnus par la Cotorep comme malentendants. Mais le niveau de handicap varie selon les cas. En Polynésie, il n’y a que deux associations qui les accueillent actuellement, Apa E Reo Nui et Tama Turi Here.
 
« Ce qu’on aimerait bien, c’est que les personnes sourdes puissent participer vraiment à la vie économique du pays, s’intégrer dans la société. Ne pas seulement bénéficier d’une allocation mais vraiment devenir des travailleurs », conclut Jean-Marie Garet.
 
Le prochain événement du même type aura lieu le 14 mars pour la journée nationale de l’audition.
 
 

Rédaction web avec Tauhiti Tauniua-Mu San et Mata Ihorai

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Nouveau report du 13e Festival des arts et de...

La 30e réunion du Conseil des Arts et de la Culture du Pacifique (CACP) s’est déroulée en téléconférence, mercredi, de 9h30 à...

« Tous solidaires avec nos enfants » : une collecte pour les...

L’association culturelle chinoise Wen Fa, Radio 1 et Tiare Fm organisent une récolte de fonds aux côtés du collectif Ohana afin d'aider les enfants dans le besoin.

Tahiti, Moorea-Maiao : les modalités de reprise pour les...

Les écoles de danse, de chant et de musique peuvent reprendre leurs activités. En adéquation avec le ministère de la Santé, et suite aux échanges et réunions avec les différents acteurs du secteur, le ministère de la Culture a établi un protocole de reprise de l’activité constitué de recommandations fortes, qui sera sujet à modifications en cas d'évolution du contexte sanitaire.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV