mardi 1 décembre 2020
A VOIR

|

Hôtels Intercontinental : le préavis de grève expire cette nuit

Publié le

Le préavis de grève déposé par l'intersyndicale dans les hôtels du groupe Intercontinental arrive à son terme à minuit. Les négociations se poursuivaient ce mercredi sur tous les points, sauf un : la réintégration des quatre employés licenciés. La direction générale du groupe ne veut pas en entendre parler.

Publié le 27/11/2019 à 16:19 - Mise à jour le 28/11/2019 à 12:14
Lecture < 1 min.

Le préavis de grève déposé par l'intersyndicale dans les hôtels du groupe Intercontinental arrive à son terme à minuit. Les négociations se poursuivaient ce mercredi sur tous les points, sauf un : la réintégration des quatre employés licenciés. La direction générale du groupe ne veut pas en entendre parler.

La menace de grève n’est pas écartée dans les hôtels du groupe Intercontinental.

Des négociations ont encore eu lieu lundi et mardi soir. Et elles reprendront ce mercredi en fin d’après-midi sur la base de propositions de la chaîne hôtelière.

Les deux parties font état d’avancées et se disent ouvertes à la discussion. Sauf sur LE point bloquant, et aussi point de départ de ce conflit : la réintégration des quatre employés licenciés suite à un dépôt de plainte pour viol à leur encontre.

« Ils ont la possibilité de saisir le tribunal du travail pour dénoncer ces licenciements, mais pour nous, c’est un point dont on ne veut pas discuter », a affirmé Guillaume Epinette, directeur général du groupe.

Si la rencontre « de la dernière chance » n’aboutit pas, la grève sera effective à minuit dans tous les hôtels.

Sauf à Moorea, où le personnel est déjà en grève depuis jeudi dernier, en soutien à leurs quatre collègues.

Le secrétaire général de O Oe to oe Rima, Atonia Teriinohorai, indique également ne rien vouloir lâcher concernant la réintégration des quatre employés. Si concession il peut y avoir, elle ne pourra venir que des ex-employés, pas du syndicat.

Il appelle également tous les salariés à ne pas se contenter de profiter des avantages, mais à s’impliquer dans les mouvements de lutte syndicale.

infos coronavirus