A VOIR

|

Familles privées d’eau douce à Bora Bora : de nouveaux prélèvements sur le motu

Publié le

De l'eau trop salée pour être consommée. De nouveaux prélèvements ont été effectués sur le motu Terurumi à Bora Bora dont les habitants reprochent à la société Bora Yes d'avoir endommagé leur lentille d'eau douce.

Publié le 20/10/2022 à 12:57 - Mise à jour le 22/10/2022 à 10:00
Lecture 2 minutes

De l'eau trop salée pour être consommée. De nouveaux prélèvements ont été effectués sur le motu Terurumi à Bora Bora dont les habitants reprochent à la société Bora Yes d'avoir endommagé leur lentille d'eau douce.

50 familles de Bora Bora ont été privées d’eau douce suite aux travaux d’un milliardaire sur un motu. “Depuis que Bora Yes a creusé sa lagune, ça a changé notre eau et c’est devenu salé”, raconte une habitante.

En août dernier, les habitants ont remporté une première bataille devant le tribunal administratif. Les travaux de modification de la villa Quintessence de la société Bora Yes devaient être suspendus.

Lire aussi – Bora Bora : les travaux de modification de la villa de luxe Quintessence vont devoir être suspendus

Des prélèvements faits l’année dernière avaient confirmé que l’eau n’était plus propre à la consommation. Cette semaine, le bureau de santé environnementale est de retour sur le motu, à la demande du ministre de la Santé. “On est venus sur demande du ministre de la Santé taote Jacques Raynal, pour faire des prélèvements de l’eau des puits d’eau saumâtre sur le motu Terurumi pour voir quelle est la qualité de cette eau au niveau qualité physico-chimique en particulier la concentration en sel (…) et aussi faire une analyse pour voir la qualité microbiologique. Les prélèvements sont en cours. (…) Dès que nous recevrons les résultats d’analyse, nous allons les communiquer au ministre de la Santé et aussi à chaque famille (…) qui nous ont facilité l’accès à leur propriété”, explique Glenda Melix directrice du bureau de santé environnementale. De premiers prélèvements ont été envoyés à l’institut Louis Malardé à Papeete.

“On avait reçu les résultats d’analyses faites il y a un an. Donc là on va voir l’évolution un an après. (…) À la lecture des taux de conductivité, on est au-delà des 800 microsiemens par cm et cette valeur est notre valeur de référence pour dire que l’eau est salée et non utilisable pour la consommation humaine. On va rendre les résultats aux familles et leur expliquer (…) Après, à charge au ministre de la Santé de prendre les décisions nécessaires par rapport à ces résultats”, ajoute-t-elle.

Lire aussi – Bora Yes : l’occupation temporaire du domaine public annulée

Cette semaine, le tribunal administratif a annulé l’arrêté de décembre 2021 accordant à la société Bora Yes une autorisation d’occupation temporaire d’emplacements du domaine public maritime “d’une superficie totale de 4 734 m2, attenants” à une parcelle cadastrée du motu Terurumi. Une nouvelle victoire pour les familles de Bora Bora.