(MAJ) DTPN : d’anciens combattants protestent contre les « propos indignes » d’un officier

Publié le

D'anciens combattants polynésiens se sont recueillis ce jeudi au monument aux morts à Papeete, dans une manifestation pacifique. Dénonçant les propos indignes qu'aurait tenu un officier de la DTPN à l'encontre des polynésiens et des anciens combattants, ils ont demandé son évincement au haut-commissaire.

Publié le 16/02/2023 à 17:20 - Mise à jour le 18/02/2023 à 12:01

D'anciens combattants polynésiens se sont recueillis ce jeudi au monument aux morts à Papeete, dans une manifestation pacifique. Dénonçant les propos indignes qu'aurait tenu un officier de la DTPN à l'encontre des polynésiens et des anciens combattants, ils ont demandé son évincement au haut-commissaire.

D’anciens combattants se sont retrouvés ce jeudi au monument aux morts pour un dépôt de gerbe en honneur aux polynésiens morts pendant la guerre. Une initiative prise par le maire de Maupiti et membre du conseil territorial des anciens combattants et victimes de guerre en Polynésie Française Woullingson Raufauore, pour dénoncer les propos offensants qui auraient été tenus par deux officiers de la DTPN à l’encontre de leurs collègues polynésiens.

« Traiter nos anciens combattants de simples ‘voyageurs’ ou de touristes lorsqu’ils sont partis faire la guerre…On ne peut pas laisser passer ces propos, martèle M. Raufauore. Nous souhaitons qu’une décision soit rapidement prise, auquel cas le collectif des anciens combattants se réunira à nouveau pour éventuellement renouveler l’opération de manifestation jusqu’à obtenir une réponse concrète de l’exécutif« , conclut-il.

Le comité DTPN 987, plusieurs retraités de la police nationale ainsi que l’église protestante maohi sont venus soutenir cette manifestation pacifique. Une délégation a ensuite rencontré le Haut-Commissaire pour lui remettre un courrier demandant l’évincement de l’officier en question.

L’affaire a été portée devant la justice début février, lorsque le syndicat Alliance Police avait déposé une plainte contre les deux officiers, leur reprochant des faits de harcèlement et des propos racistes. Ces deux officiers avaient eux-mêmes porté plainte auprès du procureur de la République pour dénoncer la gestion humaine de leur directeur, Mario Banner.

NB: Dans une première version de cet article, il était indiqué que le Conseil territorial des anciens combattants était à l’origine de cette mobilisation. Le haut-commissariat a tenu à préciser que « seul un membre sur les 20 du conseil« , à savoir Woullingson Raufauore, était présent. Le haut-commissariat rappelle en outre que seul le « président du Conseil« , qui est le haut-commissaire, est en droit de « s’exprimer au nom de celui-ci ».

Dernières news

Activer le son Couper le son