jeudi 13 août 2020
A VOIR

|

Des mains pour nettoyer le littoral

Publié le

Publié le 09/04/2016 à 14:07 - Mise à jour le 09/04/2016 à 14:07
Lecture 3 minutes

Il est parvenu à rassembler des bénévoles.  Nicolas De Longeaux a reçu le soutien de nombreux volontaires ce dimanche matin. A 17 ans, le jeune garçon est un habitué du bord de mer de Papenoo . Pour préserver cet environnement,  il a souhaité réveiller les consciences en lançant un appel sur internet : « depuis quelque temps, on constate une dégradation des lieux, sur toute la côte est, et à Papenoo, les déchets sont sur le littoral principalement. C’est à nous de nous mobiliser et à nous prendre à charge, il faut vraiment arrêter de polluer. »

Dès 9 heures du matin, la cinquantaine de bénévoles s’est rassemblée sur le stade de la commune, point de rendez vous de cette opération de nettoyage. Ceux de la brigade verte, les organisateurs du Earth hour Tahiti et de simples citoyens motivés.  Le groupe est rejoint petit à petit par d’autres mains volontaires. En famille, entre amis ou seul, tous sont sensibles à l’appel de Nicolas. Sonia, mère de famille n’a pas hésité à enfiler les gants avec son jeune fils Antoine :  » c’est important, il commence des cours de surf et il vient apprendre sur ces plages. Je préfère qu’il soit en sécurité en sortant de l’eau pour éviter de se couper ».

D’un pas décidé, les éco-citoyens remontent à pied le littoral, entre Orofara et la baie de Papenoo . Pour retirer le maximum de déchets, certains n’hésitent pas à chercher loin sous les rochers, là où de nombreuses bouteilles rejetées par l’océan polluent l’environnement au fil du temps. A Papenoo, le littoral est souillé par de la ferraille, des cartons ou encore des mégots. Les canettes et autres bouteilles de sodas se comptent par dizaine. Le constat est alarmant car les bénévoles ramassent de nombreux déchets impunément abandonnés. Ils auraient pu être recyclés en les jetant dans les bacs verts .

Au total, près d’une centaine de personne s’est mobilisée autour de Nicolas et sa famille. Les bénévoles courageux souhaitent que les élus s’engagent plus sérieusement dans la préservation de l’environnement. Certains demandent la création d’une police verte . Mais il est bien difficile de surprendre en flagrant délit des personnes peu respectueuses de la nature. Le maire délégué de Papenoo, Vetea Avaemai longe lui aussi la mer, sac poubelle à la main. Il reconnaît que sans une prise de conscience générale, la pollution continue à laisser des traces: « on a des mutoi qui circulent le long du littoral , mais ils ne peuvent pas être tout le temps là pour surveiller ce qu’il se passe et les mauvais comportements des personnes qui pique-niquent. »

Deux véhicules communaux en plus d’un véhicule personnel ont été mis à disposition. Ils permettent de récolter les sacs de détritus afin de les stocker sur un terrain. Ils seront ensuite pris en charge par la SOP Fenua Ma. Les organisateurs de cette journée de nettoyage ont bien fait les choses en mettant à disposition des sacs bien distincts. Les déchets sont ainsi classés selon leur catégorie. Tous ne pourront malheureusement pas suivre les filières de retraitement, notamment les plastiques sales, mais les volontaires s’appliquent à les trier au mieux.  Malgré la chaleur sur le bord de route, ces bénévoles se sont unis autour d’une volonté commune:   donner un nouveau visage au bord de mer.

Thomas Chabrol

Nicolas Delongeaux, Initiateur du nettoyage

Jerry Biret, Bénévole et promoteur du Earth hour Tahiti

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : rm[email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Les partenaires sociaux sollicitent une rencontre avec les autorités...

Les représentants des centrales syndicales salariales et patronales se sont réunis, en milieu de matinée, au Conseil économique social environnemental et culturel. Ils disent être inquiets de la situation sanitaire du Pays et réclament une rencontre ce jour avec le gouvernement et le représentant de l'État...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV