vendredi 17 septembre 2021
A VOIR

|

Covid-19 : la prescription et la vente de médicaments à base de chloroquine, encadrée

Publié le

Le conseil des ministres a pris des dispositions relatives à la mise à disposition de certains médicaments dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19

Publié le 08/04/2020 à 16:32 - Mise à jour le 08/04/2020 à 16:32
Lecture 2 minutes

Le conseil des ministres a pris des dispositions relatives à la mise à disposition de certains médicaments dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19

Le Conseil des ministres a pris un arrêté concernant la mise à disposition de certains médicaments dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19. L’arrêté encadre strictement la prescription par les médecins et la dispensation par les officines de pharmacie des spécialités pharmaceutiques Plaquenil, Nivaquine, Kaletra ainsi que les préparations à base d’hydroxychloroquine, de chloroquine ou à base de l’association lopinavir/ritonavir.

Des difficultés pour l’approvisionnement des malades habituellement traités avec ces médicaments

Il a été constaté une augmentation de la prescription de ces médicaments par des médecins libéraux et de leur dispensation par des pharmacies, au delà du nombre de prescriptions nécessaires pour le traitement des patients dans les indications autorisées pour leur mise sur le marché. Cette dérive, à l’origine de rupture de ces spécialités et préparations, pose des difficultés pour l’approvisionnement des malades qui sont habituellement traités avec ces médicaments, dans le cadre de leur pathologie courante qui nécessite une telle prescription.

Il semble ainsi nécessaire d’interdire toute prescription par des médecins autres que les spécialistes mentionnés par l’autorisation de mise sur le marché de ces spécialités.

La chloroquine autorisée pour les malades du covid-19 en milieu hospitalier

Toutefois, la prescription, la dispensation et l’administration l’hydroxychloroquine et l’association lopinavir/ritonavir sont autorisées pour le traitement des personnes atteintes par le covid-19 dans un établissement hospitalier.

Il est ainsi proposé que ces prescriptions interviennent, après décision collégiale, dans le respect des recommandations du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) et, en particulier, de l’indication pour les patients atteints de pneumonie oxygéno-requérante ou d’une défaillance d’organe de patient Covid-19.

Ainsi, seul le Centre hospitalier de la Polynésie française (CHPF) pourra mettre en œuvre ces protocoles et uniquement pour les patients qu’il est amené à prendre en charge atteints par le Covid-19, avec une délivrance des médicaments par la pharmacie à usage intérieur du CHPF.

Les autres sujets au compte-rendu du conseil des ministres :
– Projet de délibération portant adaptation des procédures en matière civile et administrative
– Extension des types de masques dont le prix est encadré en tant que produit de première nécessité
– Modifications pour les zones de pêches réglementées de Papara et Teva I Uta
– Favoriser le développement de la facturation électronique
– Indice des prix, du BTP et des hybrides
– Avis favorable au projet de décret modifiant le code monétaire et financier
– Suspension des délais de validité et d’instruction des autorisations de travaux immobiliers pendant la période de confinement
– Ouverture de l’aérodrome de Fakahina aux ATR 42
– Nouvelles formations au CFPA
– Point d’étape de la DSFE dans le cadre des nouvelles dispositions liées au COVID-19
– Point d’étape de la prise en charge des personnes sans-abri confinées
– Suspension de l’obligation de demande de renouvellement des droits aux prestations aux enfants et adultes handicapés pendant l’épidémie du virus COVID-19

Rédigé par

infos coronavirus