samedi 30 mai 2020
A VOIR

|

Coronavirus : vols de gels et de masques à l’hôpital de Taaone

Publié le

C’est la consternation à l’hôpital de Taaone : depuis deux semaines, des centaines de masques et de gels hydro-alcooliques ont été dérobés au sein de l’établissement de santé.

Publié le 16/03/2020 à 14:38 - Mise à jour le 16/03/2020 à 15:26
Lecture 2 minutes

C’est la consternation à l’hôpital de Taaone : depuis deux semaines, des centaines de masques et de gels hydro-alcooliques ont été dérobés au sein de l’établissement de santé.

Ils permettent de limiter la propagation de coronavirus, mais il se font tellement rares dans les pharmacies que certains n’hésitent pas à en dérober. En deux semaines, plusieurs centaines de masques et de gels hydro-alcooliques ont été subtilisés à l’hôpital de Taaone : « Le Centre Hospitalier de la Polynésie française est confronté à des vols de plusieurs centaines de masques, de solutions hydro-alcooliques, voire même des savons dans ses toilettes publiques depuis environ deux semaines. Ces situations sont rencontrées dans certains services de notre établissement, et vont appeler de la part de la direction des actes forts puisque des enquêtes sont actuellement en cours pour identifier les auteurs, et donneront lieu à un dépôt de plainte » explique Claude Panero, directrice du CHPF.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

« Qu’il s’agisse de patients, de visiteurs ou du personnel hospitalier, ce sont des actes extrêmement choquants, qui choquent toute la communauté hospitalière dans sa grande majorité. (…) Des sanctions exemplaires seront prises par la direction » poursuit-elle.

Un renforcement de la sécurité a donc été mis en place pour contrer ces vols, avec « la restriction des accès aux zones de stockage, l’accroissement du dispositif de vidéo-surveillance, et dans la gestion quotidienne, une centralisation et une mise sous-clé de ces produits, une distribution et des dotations hebdomadaires qui ont été réservées de sorte que le réassort se fasse de manière plus maîtrisé de la part de l’ensemble des services. (…) Nous avons mis en place une veille internet pour pouvoir identifier les éventuels reventes des produits de l’hôpital sur les réseaux sociaux » précise Claude Paneo.

Lire aussi > Covid-19 : le Pays met en place un numéro d’appel pour s’informer

Et la directrice de l’hôpital rassure, les stocks sont suffisants pour faire face à une épidémie : « Ces vols n’altèrent pas aujourd’hui la continuité de l’activité de l’établissement. (…) L’hôpital se prépare à une situation qui pourrait monter en puissance puisque dans une situation de crise sanitaire, on est dans une graduation du système de réponse. L’hôpital est prêt et a les stocks qu’il lui faut ».

Elle rappelle enfin l’importance de pouvoir assurer la continuité des gestes barrières :

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV