jeudi 16 septembre 2021
A VOIR

|

CFPA : une unité mobile de formation dès 2022

Publié le

Les quatre centres (Pirae, Punaauia, Taravao et Raiatea) ayant aujourd'hui atteint leur capacité maximale de fonctionnement, le CFPA met sur pied un projet d’unité mobile de formation, dont l’objectif est de rendre la formation professionnelle accessible aux personnes les plus éloignées de l’emploi.

Publié le 11/08/2021 à 16:01 - Mise à jour le 11/08/2021 à 16:15
Lecture 3 minutes

Les quatre centres (Pirae, Punaauia, Taravao et Raiatea) ayant aujourd'hui atteint leur capacité maximale de fonctionnement, le CFPA met sur pied un projet d’unité mobile de formation, dont l’objectif est de rendre la formation professionnelle accessible aux personnes les plus éloignées de l’emploi.

Le centre de formation professionnelle des adultes (CFPA) a pour objet d’organiser, d’animer, de développer et de mettre en œuvre des sessions de formation professionnelle de toute personne âgée de 16 ans, permettant d’exercer ou de s’adapter à un métier, de parfaire ou d’approfondir une formation, d’acquérir une qualification professionnelle d’un niveau plus élevé.

Depuis 2016, l’établissement s’attache à développer les outils nécessaires lui permettant d’assurer la formation professionnelle continue pour les demandeurs d’emploi. Le centre dispose des moyens matériels indispensables à la réalisation des formations spécifiques du domaine du bâtiment, de l’industrie, du tertiaire-service et du primaire.

Au cours de ces cinq dernières années, le CFPA a maintenu un taux de remplissage correct, en perpétuelle augmentation, afin de répondre aux besoins des demandeurs d’emploi, des entreprises et de leurs salariés.

Les usagers bénéficiaires des dispositifs d’aide à la formation professionnelle sont principalement les habitants des îles du Vent et des îles Sous le Vent (principalement Raiatea et Tahaa) (98%). Les habitants des autres archipels, désirant acquérir de nouveaux savoirs et savoir-faire, doivent se rendre à Tahiti, et sont par conséquent souvent confrontés à des frais de formation importants (frais de transport, d’hébergement, de restauration). Il convient également de noter que la crise sanitaire liée au SARS-Cov-2 a conduit les salariés ayant perdu leur emploi, à s’orienter vers de nouveaux domaines d’activités. Ce choix nécessite très souvent de la formation professionnelle.

Or, aujourd’hui, les quatre centres du CFPA (Pirae, Punaauia, Taravao et Raiatea) ont atteint leur capacité maximale de fonctionnement. C’est pourquoi, conscient de son enjeu et de son rôle dans la politique de l’emploi et de la formation, le CFPA met sur pied un projet d’unité mobile de formation, dont l’objectif est de rendre la formation professionnelle accessible aux personnes les plus éloignées de l’emploi, souvent désavantagées par un niveau d’instruction très faible, et qui développent de facto un certain désœuvrement jusqu’à endosser des comportements addictes, avec pour conséquence directe la marginalisation sociale et sociétale.

Cette unité sera constituée de neuf containers, de vingt pieds aménagés :
– 4 containers ateliers ;
– 2 containers salle de cours ;
– 1 container sanitaire (toilettes et douches) ;
– 1 container vestiaire ;
– 1 container de rangement pour la matière d’œuvre.

En 2022, cette unité exécutera sa première action sur l’île de Moorea pour une durée de trois à quatre mois.

Après une large communication locale, un recensement des actions à proposer sera réalisé auprès des usagers et des mairies ; un positionnement des candidats volontaires à la formation précédera la mise en œuvre des programmes. Des modules de formations déjà existants pourront être réalisés (aidants feti’i, accueillants familiaux, examens spécifiques (DPAM)). L’appui et le prêt du plateau mobile à d’autres organismes sur les lieux de formation pourront être envisagés.

Un recrutement local de formateurs occasionnels sera effectué pour renforcer les formateurs du CFPA et assurer une transmission des savoirs locaux spécifiques

En 2023, la perspective sera de réaliser trois déplacements dans l’année : aux Tuamotus (Rangiroa), aux Gambiers (Rikitea) et aux Iles-sous-le-Vent (Bora-Bora), à raison de trois mois sur chaque archipel.

En 2024, après l’expertise de la première année, il s’agira d’améliorer le dispositif, et de déployer l’unité vers les autres archipels.

L’idée de ce projet est donc de sortir le CFPA de ses murs pour se rapprocher de ces publics. L’unité modulable permettra de leur apporter les moyens humains et matériels pour l’acquisition de savoir-être et de savoir-faire. Un partenariat avec les associations locales et les communes sera incontournable.

Les autres sujets dans le compte-rendu du Conseil des ministres :
– Aides de la Délégation pour le développement des communes
– Titrement de terres à Rurutu et Rimatara: le Pays souhaite préserver différents sites remarquables
– Subvention de fonctionnement au profit du comité polynésien des maisons familiales rurales (CPMFR)
– Aide financière au profit de l’Association du quartier Hitimahana pour financer le projet « fa’a’apu te ‘ea »
– Rendu exécutoire d’une décision de la CPS relative aux pompes funèbres
– Validation du projet de convention entre la Polynésie française et l’IEOM relative au traitement des situations de surendettement
– Développement du partenariat Pays-communes en matière d’emploi, de formation et d’insertion professionnelles
– Modification de l’arrêté relatif à l’utilisation de tests virologiques de dépistage rapide
– Candidature de la Polynésie aux Jeux du Pacifique en 2027
– Projet de loi du pays relatif à la vaccination chez les personnes de plus de seize ans
– Subventions de fonctionnement en faveur de la Confédération du sport scolaire et universitaire de Polynésie (CSSU) afin de financer, pour l’année 2021, une action intitulée « les classes de mer et de découvertes » et son activité générale

infos coronavirus