mardi 3 août 2021
A VOIR

|

Cancer : un premier Fare Amazones en Polynésie

Publié le

L’association Amazones Pacific inaugure, ce vendredi à 17 heures, dans la vallée de Tipaerui, le premier Fare Amazones dédié au bien-être des femmes touchées par le cancer et leur entourage. Anne Perrault, la présidente de l’association, était notre invitée en plateau pour en parler.

Publié le 02/07/2021 à 11:56 - Mise à jour le 02/07/2021 à 11:56
Lecture 2 minutes

L’association Amazones Pacific inaugure, ce vendredi à 17 heures, dans la vallée de Tipaerui, le premier Fare Amazones dédié au bien-être des femmes touchées par le cancer et leur entourage. Anne Perrault, la présidente de l’association, était notre invitée en plateau pour en parler.

L’ouverture de cette structure est un soulagement pour vous ?
“C’est une grande étape. C’est la première maison de soins oncologiques de support de Polynésie française. Et en outre-mer, c’est la deuxième maison. C’est un grand projet pour le pays, puisque nous allons accueillir des femmes touchées par le cancer, et leur entourage, leur proposer des activités, des groupes de parole, des tas de choses dont elles ont besoin.”

Auparavant, comment est-ce que vous vous organisiez ?
“On faisait les ateliers en plein air ou on avait le fare potee de la direction de la Santé à disposition pour nos réunions. Aujourd’hui on aura un seul lieu. Il y aura des permanences. À l’avenir, il sera ouvert toute la semaine pour accueillir les femmes et leur entourage.”

Vous pouvez accueillir combien de personnes ?
“Ça va tourner, donc il n’y a pas de limite.”

Quels types d’activités vous allez proposer ?
“On propose toute activité qui peut faire du bien à l’Amazone. Ça va des activités bien-être comme le yoga, la sophrologie, mais il y a aussi du ukulele, la peinture sur tissu, l’art thérapie. Je ne vais pas tous les citer, mais ce sont des activités qui leur permettent de sortir de chez elles, de reprendre confiance en elles, et c’est ça qui est important.”

Un programme particulier va être défini ? Elles pourront venir tous les jours ?
“Oui elles pourront venir tous les jours. Nous avons une salle qu’on a baptisé ‘Cocon’, donc une salle un peu cozy avec des canapés où elles vont pouvoir discuter, prendre un thé, un café. Il y a un fonds documentaire, des romans à lire, discuter avec les bénévoles qui seront sur place.”

C’est important pour les femmes touchées par le cancer de pouvoir compter sur un soutien permanent ou ce type d’infrastructure ?
“C’est très important. On travaille depuis 3 ans sur un accompagnement hors hôpital de qualité. L’OMS a souligné l’importance de l’après traitement. Le plan cancer polynésien souligne aussi qu’il faut un accompagnement global de ces femmes hors hôpital et après traitement. C’est très important l’après traitement, parce qu’un après traitement bien géré va diminuer significativement le risque de récidive.”

Dans la continuité de ce plan cancer 2018-2022, il y a d’autres actions qui sont prévues ?
“Nous on commence un Fare Amazones, c’est le début, on le baptise. C’est déjà bien, mais on va l’enrichir. On a le projet de monter des ateliers nutrition, des groupes de parole avec des professionnels. On va enrichir notre offre au niveau des femmes touchées par le cancer et leur entourage, au fur et à mesure.”

Quel est le nombre femmes atteintes par le cancer ou qui sont passées par la maladie en Polynésie ?
“Il y en a beaucoup. Le cancer du sein touche une femme sur 8. Les chiffres sont pareils partout dans le monde. Il n’y a pas plus en Polynésie qu’ailleurs. Ce que je peux vous dire c’est qu’aujourd’hui on a une soixantaine d’Amazones et qu’on pourra en accueillir beaucoup plus. J’appelle les femmes à venir. Déjà pour l’inauguration vendredi du Fare Amazones qui se situe au 381 vallée de Tipaerui à Papeete. L’inauguration commence à 17 heures.”

infos coronavirus