jeudi 2 juillet 2020
A VOIR

|

Back to School : de nombreuses activités pour les écoliers

Publié le

Pour la septième édition du salon Back to School, les organisateurs ont observé une nouvelle augmentation du nombre d’exposants. Activités éducatives, sportives ou de loisirs, chacun y a trouvé son compte.

Publié le 18/08/2019 à 11:00 - Mise à jour le 18/08/2019 à 17:04
Lecture 2 minutes

Pour la septième édition du salon Back to School, les organisateurs ont observé une nouvelle augmentation du nombre d’exposants. Activités éducatives, sportives ou de loisirs, chacun y a trouvé son compte.

Le salon Back to School est un rendez-vous incontournable pour les parents qui souhaitent inscrire leurs enfants à des activités ou pour obtenir des produits particuliers pour la rentrée. « Il y a 7 ans, quand nous avons commencé, il y avait une quarantaine de stands, et aujourd’hui, on a doublé. Il y a 83 stands exactement. Et nous avons refusé aussi d’autres personnes. On a vraiment un beau succès. Les parents, mais surtout les enfants, savent les activités qu’ils veulent faire parce que ce sont les vrais prescripteurs, et ils viennent au salon faire leurs inscriptions avec les copains etc. » explique Guy Loussan, président de l’association Papeete Centre Ville.

Les participants exposent gratuitement et proposent généralement des réductions. La majorité des activités s’adresse à toutes les familles, même les plus modestes. « Les enfants ont de la chance, ils sont très bien accompagnés. On est accompagnés par le service social, par les communes, par le Pays… Il faut profiter de tous ces accompagnements-là pour permettre à nos enfants de participer à toutes ces activités. Cela fait partie de leur épanouissement » nous dit Christelle Lehartel, ministre de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports.

Christelle Lehartel au stand de l’association de Moorea Coral Gardeners. (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Petite nouveauté pour cette année, un assureur spécialisé dans le domaine scolaire et associatif. Sa directrice espère rattraper la défaillance de la société MAE qui avait fait grand bruit en 2018 et qui a conduit à la multiplication des offres d’assurance scolaire dans des sociétés dont ce n’était pas la spécialité. « Le marché ne risque pas d’être compliqué puisque ma spécialité, même avec le nouveau assureur, ce sont les scolaires. Donc il n’y a pas de crainte à avoir à ce sujet-là par rapport à la concurrence » précise Stella Teina, directrice de Tama Assurance.

Les visiteurs avaient la possibilité de se rendre directement dans le stands qui les intéressaient ou ils pouvaient attendre les démonstrations pour voir ce qui pourrait plaire à leurs enfants. Comme de l’Hapkido par exemple :

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Ou encore de la K-pop, très en vogue chez les adolescents :

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)
REPORTAGESam Teinaore

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV