A VOIR

|

Androu Lane : un Polynésien à la tête de la chaudronnerie de la Marine nationale

Publié le

Androu Lane est chef de secteur au sein de la base navale. Rencontre.

Publié le 13/01/2023 à 9:13 - Mise à jour le 13/01/2023 à 9:28
Lecture 2 minutes

Androu Lane est chef de secteur au sein de la base navale. Rencontre.


Le Prairial, l’Arago ou le Bougainville : derrière les grands bâtiments de la marine nationale, se cachent une poignée d’ouvriers. Des petites mains pourtant expertes dans la réparation et la confection de pièces. Soudage, découpage, pointage, boulonnage : cinq hommes travaillent dans la chaudronnerie de la Marine nationale, sous le commandement d’un Polynésien : Androu Lane. “Lors de nos interventions à bord, on fait plutôt de la réparation, de l’entretien… que ce soit fixe ou mobile. Fixe, ça veut dire que ce sont des pièces qui ne peuvent pas être démontées à bord, donc j’envoie mon équipe sur les bateaux, on découpe sur place et on refait la pièce et faire le remontage. Et mobile, ça veut dire qu’on nous dépose le matériel, et on le fait suivant le modèle” indique-t-il.

S’il est aujourd’hui chef de secteur à la base navale de Papeete, Androu doit son grade à plus de 24 ans de service. C’est en s’engageant dans l’armée en 1998 qu’il découvre les métiers de l’Armée française en métropole. 10 mois plus tard, il embarque sur le port hélicoptère Jeanne d’Arc : “Je suis resté 2 ans sur le Jeanne d’Arc et je suis allé dans une trentaine de pays. On a même fait le tour du monde la deuxième année. J’ai aussi eu la chance de monter à bord du porte-avions Foch. Je suis resté 1 mois et demi pour la mission au Kosovo. C’était une belle expérience de voir tous ces avions atterir, décoller, sur un porte-avions. C’était magnifique”.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Son expérience lui a notamment permis de toucher à d’autres secteurs, comme la “productique”. Hébergé au sein de la chaudronnerie, une atelier peaufine les pièces mécaniques. Des pièces façonnées sur mesure pour les besoins de la marine. Des besoins très concrets qui demandent donc des métiers spécialisés.