jeudi 4 mars 2021
A VOIR

|

À Moorea, les matahiapo ont une bonne connaissance de leurs besoins

Publié le

Publié le 05/11/2018 à 14:52 - Mise à jour le 05/11/2018 à 14:52
Lecture 2 minutes

Selon les prévisions de l’Institut de la statistique de Polynésie française, les personnes âgées représenteront 17% de la population en 2027. Un vieillissement de la population qui est en partie lié aux progrès de la médecine, mais aussi à l’évolution globale des facteurs influençant la santé des individus. En effet, de nombreux travaux de recherche en santé publique et en sociologie indiquent que la promotion de la bonne santé de la personne âgée permettent un maintien de l’autonomie le plus longtemps possible. 

>>> Lire aussi : Les matahiapo de Punaauia à l’honneur

Le service de santé de Moorea et l’association Partage Santé Pacifique, en collaboration avec les services de la Direction de la santé et l’association « Te ati Matahiapo nui no Aimeho nei », ont mis en place de 2016 à 2018, un programme expérimental de prévention de la perte d’autonomie des personnes âgées de Moorea. Par ailleurs, une enquête a été effectuée auprès de l’ensemble des personnes âgées du district d’Afareaitu afin de connaitre leur représentation de la santé et l’expression de leur besoins.

>>> Lire aussi : Conducteurs de 70 ans et plus : la visite médicale est obligatoire

Ces travaux ont permis de mettre en évidence que les personnes âgées avaient une bonne connaissance de leurs besoins, de leurs limites, des bienfaits d’une alimentation saine et de la pratique d’exercices cognitifs ou physiques, qui restent très positivement influencés par les apports de la culture polynésienne. Il a pu être constaté également que les personnes âgées étaient bien souvent peu associées aux décisions ou prises en charge les concernant.
 

Rédaction web 

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu