fbpx
jeudi 5 décembre 2019
A VOIR

|

Intercontinental : la plainte classée sans suite, le syndicat demande la réintégration des salariés

Publié le

Après le classement sans suite de la plainte déposée contre quatre salariés de l'Intercontinental Moorea pour viol, l'avocat et le syndicat O oe to oe rima demandent leur réintégration...

Publié le 13/11/2019 à 14:10 - Mise à jour le 14/11/2019 à 15:05
Lecture 3 minutes

Après le classement sans suite de la plainte déposée contre quatre salariés de l'Intercontinental Moorea pour viol, l'avocat et le syndicat O oe to oe rima demandent leur réintégration...

Le 23 août dernier, une employée de l’hôtel Intercontinental Moorea avait déposé plainte auprès de la gendarmerie pour harcèlement sexuel et viol, mettant en cause quatre de ses collègues. La direction de l’hôtel avait immédiatement appliqué les mesures imposées par le droit du travail, à savoir la protection d’un salarié victime de harcèlement sexuel. Les quatre salariés ont fait l’objet d’une mise à pied conservatoire.

La direction a finalement procédé au licenciement des salariés.

Le 25 septembre dernier, ils sont sortis de garde à vue ans avoir été déférés devant le parquet.

La plainte classée sans suite

Dans un communiqué envoyé le 12 novembre aux médias, leur avocat Stanley Cross annonce que le procureur de la République a finalement décidé de classer sans suite la plainte déposée pour harcèlement sexuel et viol.

L’avocat et le syndicat demandent donc la réintégration des 4 salariés avec effet immédiat : “Vous avez quatre salariés qui ont été licenciés sur la base d’accusations d’une présumée victime. Et une enquête préliminaire entreprise par deux brigades de gendarmerie, celle de Moorea et celle de Faa’a, a permis de mettre en évidence des contradictions, des incohérences et voire même des mensonges de la présumée victime”, déclare Me Stanley Cross.

L’avocat explique que les 4 salariés, lorsqu’ils ont été mis à pied, sont allés à la gendarmerie porter plainte pour dénonciation calomnieuse. “Cette plainte là n’a pas encore été examinée pour une simple raison c’est qu’on attendait que cette affaire d’accusation arrive à son terme. Elle est arrivée à son terme, on a un classement sans suite, maintenant ça va permettre de lancer cette plainte déposée par les quatre salariés.”

Une victime “manipulée” selon les syndicats

Crédit Tahiti Nui Télévision

Les syndicats disent ne pas vouloir “blâmer” la victime qui, selon eux, aurait été manipulée. “S’il y a quelqu’un qui doit être en première ligne dans cette plainte là, c’est le directeur de l’hôtel Moorea.”

Du côté de la direction, Guillaume Epinette directeur régional du groupe Intercontinental, estime que “la décision du procureur n’est absolument pas liée avec la cause du licenciement, les licenciements sont pour des faits de harcèlement, et la décision du procureur, pour des faits de viol.”

Pour le moment, il n’y a pas de remise en cause (…) de ces quatre licenciements.”

Guillaume Epinette directeur régional du groupe Intercontinental

“La décision du bureau du procureur de classer sans suite le dossier s’inscrit dans le cadre d’une procédure pénale relative à des accusations de viol. Dans ce dossier, l’hôtel n’est absolument pas intervenu, n’a pas à intervenir, tient à préciser Guillaume Epinette. Concernant le licenciement des quatre employés, on est dans une procédure encadrée par le code du travail concernant des faits de harcèlement sexuel qui ont été dénoncés sur le lieu de travail. L’entreprise, par rapport à sa responsabilité d’employeur et son obligation d’assurer la sécurité sur le lieu de travail, et en fonction des éléments qui ont été collectés durant la phase d’enquête interne, la décision a été prise de licencier ces quatre personnes. On est dans le cadre d’un harcèlement sexuel qui est un dossier complètement différent et séparé de la procédure pénale concernant le viol (…) Pour le moment, il n’y a pas de remise en cause dans le cadre du code du travail et dans le cadre d’un tribunal du travail, de ces quatre licenciements.”

Si le directeur générale n’accède pas à la demande de réintégrer les salariés, O oe to oe rima annonce qu’un nouveau préavis de grève sera déposé dès jeudi matin.

Fruits et légumes : la guerre des marges

Les maraîchers du fenua tirent la sonnette d’alarme. Le 15 février de cette année, sans concertation avec les producteurs, le gouvernement retire tous les fruits et légumes de la liste des PPN et des PGC, à la demande de la fédération générale du commerce. Chaque commerçant devient donc libre de fixer ses prix. Deux syndicats agricoles demandent au gouvernement des marges réglementées pour sauver l’agriculture locale.

Que deviennent les déchets des bateaux de plaisance ?

Sur terre ou sur la mer, le tri est un réflexe pour les éco-citoyens. Dans le cadre de la semaine de réduction des déchets, nous nous sommes intéressés aux marins qui ont choisi de vivre à bord d’un voilier. Souvent pointés du doigt et accusés de polluer les lagons, ils se défendent : ces gens de la mer prônent un mode de vie écolo.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Courses de va’a scolaire : les lycées St Joseph...

450 élèves issus d’une vingtaine d’établissements scolaires étaient réunis sur le site du Motu Ovini pour disputer les finales du championnat de Polynésie de va’a scolaire.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X