lundi 13 juillet 2020
A VOIR

|

Intercontinental Moorea : les salariés mis en cause ont été relâchés

Publié le

Les salariés accusés de harcèlement et de viol ont été relâchés mercredi soir après avoir passé plusieurs heures en garde à vue.

Publié le 26/09/2019 à 9:30 - Mise à jour le 26/09/2019 à 17:29
Lecture < 1 min.

Les salariés accusés de harcèlement et de viol ont été relâchés mercredi soir après avoir passé plusieurs heures en garde à vue.

Le 23 août dernier, une employée de l’hôtel Intercontinental Moorea avait déposé plainte auprès de la gendarmerie pour harcèlement sexuel et viol. Elle a mis en cause quatre collègues employés en cuisine. La direction de l’hôtel avait immédiatement appliqué les mesures imposées par le droit du travail, à savoir la protection d’un salarié victime de harcèlement sexuel. Les quatre salariés ont fait l’objet d’une mise à pied conservatoire.

Dans la foulée, un préavis de grève avait été déposé avec comme premier point de revendication la réintégration des salariés. Une grève qui avait déclenché la colère des associations.

Mardi, les quatre hommes ont été convoqués à la gendarmerie de Faa’a pour être interrogés sous le régime de la garde à vue. Dans la soirée, la direction de l’Intercontinental a rendu sa décision : les 4 personnes ont été licenciées.

Mercredi à 19 heures, ils sont sortis de garde à vue ans avoir été déférés devant le parquet. Selon leur avocat, Stanley Cross, on s’acheminerait vers un classement sans suite, c’est-à-dire que les 4 hommes pourraient avoir été victimes d’une dénonciation calomnieuse. Maître Cross voit des similitudes entre ce dossier et celui de l’Arafenua : en 2012, une douanière avait faussement accusé 4 de ses collègues de l’avoir violée durant une mission en mer.

Stanley Cross et le syndicat O oe to oe Rima vont demander la réintégration des 4 salariés licenciés.

La direction régionale du groupe Intercontinental a quant à elle tenu à préciser que le licenciement des 4 personnes mises en cause n’avait aucun lien avec la procédure judiciaire. Elle est purement administrative et répond aux exigences du code du travail. Selon elle, les faits de harcèlement sexuel dans l’entreprise sont avérés.

REPORTAGESam Teinaore

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

À Raiatea, des CAES se forment à la vanilliculture

Dans le cadre d’une politique de soutien aux familles nécessiteuses, une association de Tumaraa propose à ses employés en contrat C.A.E.S de bénéficier de diverses formations en échange d’un service rendu à la population.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV