Procès Théron : l’affaire a été « manipulée par le parquet de la République » estime le médecin

Publié le

L'affaire avait fait grand bruit. En 2021, le docteur Théron aurait violenté un huissier venu lui remettre une convocation devant l'Ordre des médecins. Après plusieurs renvois, le procès a finalement débuté ce mardi à Papeete.

Publié le 26/09/2023 à 11:08 - Mise à jour le 27/09/2023 à 9:56

L'affaire avait fait grand bruit. En 2021, le docteur Théron aurait violenté un huissier venu lui remettre une convocation devant l'Ordre des médecins. Après plusieurs renvois, le procès a finalement débuté ce mardi à Papeete.

Plusieurs fois renvoyé, le procès du docteur Théron se tient finalement ce mardi au tribunal correctionnel de Papeete.

Il est poursuivi pour des violences présumées sur un clerc d’huissier et outrage à l’égard d’une gendarme.

Pour rappel, il est reproché au docteur Theron d’avoir violenté un clerc d’huissier, en septembre 2021, alors que celui-ci venait lui remettre, à son domicile, une convocation devant le conseil de l’Ordre des médecins. Il aurait deux jours plus tard, outragé une gendarme venue lui remettre une seconde convocation.

Ce mardi, une dizaine de témoins ont été convoqués par la défense. Le premier à passer sera Tony Géros. Actuel président de l’assemblée de la Polynésie, il sera entendu en tant que maire de la commune de Paea. « Mon intervention est déconnectée de l’audience d’aujourd’hui, mais il était important que je soulève devant le tribunal que les conditions d’arrestation de monsieur Théron (…) sont empreintes d’indignation, a-t-il estimé. Le Dr Théron a traversé cette période difficile de la pandémie en apportant son soutien gratuitement à tout ceux qui n’avaient pas de quoi payer les soins. On devrait plutôt le décorer que le trainer devant les tribunaux. »

Présent à son procès, taote Théron a accusé l’huissier d’être « un trafiquant de stupéfiants et un menteur ». Il estime que l’huissier, « s’est blessée tout seul sur un palmier ou une rambarde de son jardin ». Des propos qui pourraient entrainer un dépôt de plainte…

« Je suis dans un état de paix et de pardon, a-t-il pourtant déclaré au micro de Tahiti Nui Télévision. Lorsqu’on a été agressé, c’est dur d’être complètement neutre, mais aujourd’hui je suis dans une attitude d’attente, très paisible. Je ne peux pas dire que j’ai confiance en la justice parce que c’est compliqué. »

Le médecin estime que l’affaire a été « manipulée par le parquet de la République, par le procureur Leroy. Je n’ai pas une grande confiance. Je ne sais pas ce qui sortira de tout ça. Ce qui est certain, c’est que ce dossier était éminemment politique. Aujourd’hui, il l’est moins. Les réponses politiques ont été données. Même si je n’ai pas une grande confiance, je veux éviter de rajouter de l’huile sur le feu. Je pense à toutes ces personnes qui ont souffert, que j’ai tenté tant bien que mal d’aider contre les ordres de temps en temps, qui étaient donnés par les autorités sanitaires. Mais je n’ai aucun regret ni de ce que j’ai fait ni de ce que j’ai dit et que des centaines de personnes sont témoins. J’aurais pu appeler des centaines de personnes à témoigner, mais il y a simplement des personnes qui ont voulu spontanément témoigner qui sont venues témoigner. Je n’ai pas de contact avec eux. Ils ont dit ce qu’ils avaient à dire. Après, ce sera au collège des juges de prendre leur responsabilité. »

Six mois de prison avec sursis et 3 ans d’interdiction de port d’arme ont été requis contre Jean-Paul Théron. Les parties civiles ont demandé pour 1, 875 million de Fcfp de dommages et intérêts. Jean-Paul Théron a été suspendu par l’Ordre des médecins sur une période d’un an du 1er janvier au 31 décembre 2023.

L’interview du Dr Théron

Dernières news