mardi 19 octobre 2021
A VOIR

|

Véhicules de police caillassés : les jeunes du quartier s’expriment

Publié le

L'événement s'est produit dans la nuit de samedi à dimanche, au lotissement des hauts de Tira à La Mission : des voitures de police ont été caillassées. Les investigations se poursuivent : les jeunes qui ont assisté à cet incident d’une rare violence ont accepté de témoigner.

Publié le 27/09/2021 à 17:26 - Mise à jour le 28/09/2021 à 9:24
Lecture 2 minutes

L'événement s'est produit dans la nuit de samedi à dimanche, au lotissement des hauts de Tira à La Mission : des voitures de police ont été caillassées. Les investigations se poursuivent : les jeunes qui ont assisté à cet incident d’une rare violence ont accepté de témoigner.

“J’étais avec mes collègues en train de faire la fête. Quand les policiers sont arrivés, au lieu de nous parler gentiment, ils nous ont agressé directement”, confie l’un des jeunes du lotissement des hauts de Tira.

Avec ses amis, il veut justifier des débordements de samedi soir : les policiers, intervenus pour cesser le tapage nocturne, auraient fait preuve d’une certaine agressivité. Selon ces mêmes jeunes, ils n’étaient qu’une dizaine et écoutaient de la musique sur un petit appareil. À l’arrivée de la police, ils se seraient tous dispersés et auraient éteint la musique. La dizaine de policiers présents se serait alors dirigée vers un logement pour interpeller un individu. C’est là que les esprits se seraient échauffés.

“Ils ont attrapés des gens, après ils les ont “tasé” et ils les ont frappé aussi. Du coup, c’est pour ça que dans le quartier, ils se sont énervés. Ils (NDLR : les policiers) n’ont pas parlé gentiment, ils n’ont pas dit “bonsoir, il faut rentrer chez vous”. Ils ont parlé méchamment”, explique un autre jeune présent lors de l’événement.

Les policiers ont rapidement été débordés par plusieurs dizaines d’individus venus des lotissements voisins pour en découdre avec les forces de l’ordre. Ce sont pourtant les habitants du quartier qui ont appelé la police pour faire cesser le tapage.

Le directeur général de services de la mairie de Papeete, Rémy Brillant, dit vouloir faire la lumière sur cette affaire : “la police est là pour amener la paix, la tranquillité, et c’est pas forcément pour qu’il y ait des actes comme cela qui soient commis. Donc on va se remettre de ce choc et après, il y aura effectivement des poursuites qui seront engagées contre ceux qui ont été les acteurs de cette violence parce qu’il faut qu’il y ait des explications, il faut qu’on se dise les choses et qu’on voit qu’est-ce qu’il faut faire par la suite”.

Rédigé par

infos coronavirus