vendredi 16 avril 2021
A VOIR

|

Opération de sauvetage d’un navire dans les Tuamotu

Publié le

Mercredi 17 juillet le JRCC Tahiti a mené une opération de recherche et de sauvetage pour le navire Vatea, avec 3 personnes à bord, perdu pendant un trajet entre les atolls de Vairaatea et Nukutavake.

Publié le 18/07/2019 à 11:46 - Mise à jour le 18/07/2019 à 11:46
Lecture < 1 min.

Mercredi 17 juillet le JRCC Tahiti a mené une opération de recherche et de sauvetage pour le navire Vatea, avec 3 personnes à bord, perdu pendant un trajet entre les atolls de Vairaatea et Nukutavake.

Le navire Vatea avait fait une « déclaration de partance » auprès du JRCC avec une arrivée estimée vers 13 heures mercredi.
A 14h30, faute de confirmation de sa présence à Nukutavake, le JRCC a contacté le navire, mais sans succès. La police municipale a confirmé que le navire Vatea n’était pas à quai. Une heure après, une liaison téléphonique a été établie avec l’équipage indiquant qu’il s’était égaré en mer.

Sur demande du JRCC, le navire Vatea a alors déclenché sa balise de détresse. La fédération des sauveteurs en mer (FEPSM) de Nukutevake a envoyé un poti marara pour porter assistance à l’embarcation située à environ 30 nautiques (56 km) dans le nord-est de l’atoll. Le navire a appareillé vers 16h30 à la recherche du Vatea.

La nuit tombant, le JRCC a dérouté un porte-conteneurs, le « Spirit of Singapore », pour renforcer la recherche et la localisation du navire perdu.
Aux environs de 21h40, le « Spirit of Singapore » a repéré le Vatea et a guidé le poti marara envoyé par la FEPSM jusqu’à l’embarcation.

Après un ravitaillement en carburant, les deux navires se sont dirigés vers Nukutavake pendant que le porte-conteneurs a repris sa route.

Dans un communiqué, le JRCC rappelle l’importance de faire des « déclarations de partance » auprès du JRCC et de disposer à bord des embarcations de tout l’équipement pour alerter le centre de sauvetage en mer en cas de difficulté : radio, téléphone satellitaire, PLB, moyens de survie.

infos coronavirus