lundi 13 juillet 2020
A VOIR

|

Un arbre planté pour chaque enfant né : l’ambition d’une association du fenua

Publié le

Un bout de terre pour faire pousser des arbres et perpétuer la tradition du "pū fenua". À Paea, l’association "Un enfant un arbre un corail" souhaite offrir un arbre aux parents de nouveaux-nés. Depuis un peu plus d’un an, les plants grandissent et l’objectif est d’augmenter la production.

Publié le 02/06/2020 à 16:02 - Mise à jour le 02/06/2020 à 17:16
Lecture 2 minutes

Un bout de terre pour faire pousser des arbres et perpétuer la tradition du "pū fenua". À Paea, l’association "Un enfant un arbre un corail" souhaite offrir un arbre aux parents de nouveaux-nés. Depuis un peu plus d’un an, les plants grandissent et l’objectif est d’augmenter la production.

C’est une pépinière qui demande à pousser de plus en plus. L’association « Un enfant un arbre un corail » veut offrir des arbres aux parents pour qu’ils aient la possibilité de le planter avec le placenta de leur nouveau-né afin « de reconnecter les enfants de demain à la nature » explique Jonathan Mc Kittrick, président de l’association.

En contact avec le service maternité du CHPF, « les parents intéressés remplissent une fiche d’informations : nom, prénom, numéro de téléphone, arbre souhaité… et le samedi ou le dimanche selon le rendez-vous fixé, on livre à l’hôpital directement à l’arrêt minute. Les parents viennent, ils récupèrent l’arbre, on fait une petite photo avec bébé. Et cela restera dans le temps comme l’arbre » précise Jonathan.

Avec en moyenne 3 800 naissances au fenua chaque année, le projet est ambitieux. L’arbre ne sera jamais coupé. Une trentaine de famille adhèrent au projet et ont déjà reçu leur arbre. Tout un symbole pour leur enfant. Au-delà de perpétuer la tradition du « pū fenua » pour ceux qui n’ont pas de terrain, l’objectif est de replanter des arbres fruitiers pour que les familles puissent y cueillir des fruits dans quelques années. 15 variétés (avocatiers, cacaoyers, citronniers, cocotiers, raisins de mer etc.) poussent doucement mais sûrement sur le lopin de terre de l’association, où travaille bénévolement depuis un an toute une petite équipe.

L’association imagine des terres et des vergers à l’image des jardins partagés. Un terrain où, par exemple, les jeunes couples pourraient voir grandir l’arbre de leur choix : « Tout le monde viendrait s’occuper, planter en communauté… (…) Même si l’arbre est sur le terrain de l’association, il appartiendra toujours à l’enfant. Les familles peuvent venir récolter les fruits ».

« Plus tard, j’essaierai de faire légiférer cet endroit pour qu’on ne puisse pas abattre nos arbres et pour qu’ils puissent devenir grands, comme ceux qu’on voient au bord de la route et que nos anciens ont planté pour nous, comme les gros manguiers etc. » ajoute le président de l’association.

Sur le terrain indemne de nuisibles, les plants restent sains. L’association et les bénévoles veillent à ce que les pousses soient en bonne santé. À l’avenir, il faudra passer par un traitement phytosanitaire dans la perspective d’une augmentation de la production.

« Quand nous, on sera partis, les arbres, eux, seront toujours là. Vos enfants, petits-enfants… se souviendront de vous grâce à votre arbre et c’est ça qui est magique dans la tradition polynésienne » conclut Jonathan Mc Kittrick.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV