A VOIR

|

“Coureurs des Gambier” restaure le patrimoine naturel de Mangareva

Publié le

Dans le cadre du projet de restauration du patrimoine naturel de Mangareva, l’association sportive « Coureurs des Gambier », appuyée par des élèves du collège de Rikitea, ont replantés des dizaines d’arbres endémiques de l’archipel des Gambier. L’objectif est de reboiser une partie de la forêt, envahie par des espèces invasives.

Publié le 31/12/2022 à 10:19 - Mise à jour le 31/12/2022 à 10:19
Lecture 2 minutes

Dans le cadre du projet de restauration du patrimoine naturel de Mangareva, l’association sportive « Coureurs des Gambier », appuyée par des élèves du collège de Rikitea, ont replantés des dizaines d’arbres endémiques de l’archipel des Gambier. L’objectif est de reboiser une partie de la forêt, envahie par des espèces invasives.

Du village au pied du mont Mokoto, 200 m de dénivelé attendent les élèves de 4ème du collège Saint Raphaël de Rikitea. L’ambition de la journée, remonter une trentaine de plants de Kouariki, un arbre endémique des Gambier. 

Pour les aider dans leur action du jour, les élèves ont pu compter sur les bénévoles de l’association et le botaniste Jean-François Butaud. Au total, 15 élèves, accompagnés de leur professeur ont participé au projet de restauration, dans la joie et la bonne humeur tout en étant conscient que c’est de leur avenir dont il est question. L’objectif à terme est de réintroduire un maximum d’espèces endémiques des Gambier comme le kouariki ou le Pukamonga.

Jean François Butaud, botaniste, apporte régulièrement son soutien à l’association « coureur des Gambier » : “Actuellement, on est dans une phase de plantation d’arbre locaux. On est dans une portion qui est clôturée et dégradée. Il y a du facalta, des jeunes pins, du framboisier, du lantana, quasiment que des plantes envahissantes. Dans cette zone, on a décidé de refaire une forêt avec principalement des Kouariki, une espèce endémique”. 

Le Kouariki est un grand arbre, de 20 à 30 mètres de hauteur à l’âge adulte. Ils sont plantés serrés, tous les quatre mètres, pour fermer le couvert et faire de l’ombre aux lantanas, aux framboisiers envahissants.

(Crédit Photo : TNTV)

L’action se veut pédagogique, auprès de ce jeune public : “Les enfants verront les bonnes conséquences de leurs actions. Il s’agit de les familiariser à des choses qui ne sont pas très loin de chez eux, conclut-il”

Alexis Crescence, Président de l’association sportive « Coureurs des Gambier » souligne que cette opération a été possible avec le partenariat de la commune, de partenaires privés et le collège Saint Raphaël.