A VOIR

|

L’indicateur du climat des affaires stable au troisième trimestre

Publié le

L’Indicateur du Climat des Affaires (ICA) atteint 112,1 au troisième trimestre 2022, soit 12 points au-dessus de sa moyenne de longue période. Grevé par les délais de paiement et la trésorerie, l’ICA est toutefois tiré vers le haut par les prévisions d’investissement.

Publié le 13/12/2022 à 15:40 - Mise à jour le 13/12/2022 à 15:40
Lecture 2 minutes

L’Indicateur du Climat des Affaires (ICA) atteint 112,1 au troisième trimestre 2022, soit 12 points au-dessus de sa moyenne de longue période. Grevé par les délais de paiement et la trésorerie, l’ICA est toutefois tiré vers le haut par les prévisions d’investissement.

L’Institut d’émission d’outre-mer (IEOM) a publié ce mardi les tendances économiques conjoncturelles du 3e trimestre 2022. L’Indicateur du Climat des Affaires (ICA) reste stable, avec 112,1 au troisième trimestre 2022, soit 12 points au-dessus de sa moyenne de longue période.

La consommation des ménages se porte bien

Les deux tiers des ménages sondés envisagent de maintenir leur niveau de consommation sur les 6 mois à venir, proportion plus forte qu’au premier trimestre 2022 (42 %).

Cela se concrétise dans la production de crédits à la consommation qui progresse de +13,4 % en glissement annuel sur la période janvier-août (31,8 milliards Fcfp en 2022 contre 28,1 milliards en 2021). Au cours des neuf premiers mois de l’année, 6 125 véhicules neufs ont été immatriculés contre 4 882 entre janvier et septembre 2021, soit 25,5 % de plus.

Le tourisme progresse vivement

Au troisième trimestre 2022, la Polynésie française a accueilli 66 000 touristes, soit deux fois plus que l’an passé (31 000 au troisième trimestre 2021) et seulement 2 % de moins qu’en 2019 (68 000), bénéficiant de l’accroissement du nombre de vols internationaux (de l’ordre de 400 au troisième trimestre 2022, comme en 2019) et de l’afflux des croisiéristes, plus de 10 000 par trimestre depuis juin dernier. La majeure partie de la clientèle étrangère provient encore des États-Unis (31 %) et de France (39 %), mais on assiste également au retour des Européens (15 % contre 7 % en début d’année) et des touristes de la zone Pacifique (9 % contre 3 %).

Les hôteliers interrogés dans le cadre de l’enquête de l’IEOM, constatent une progression de leur activité, qui a nécessité nombre de recrutements et conforté leur situation de trésorerie. La capacité d’hébergement de l’hôtellerie internationale atteint au mois de septembre 94 % de son niveau de 2019. En cumul depuis le début de l’année, le coefficient moyen de remplissage est de
67 %, proche de ceux de 2019 et 2018, respectivement 69,6 % et 68 %. Quant au revenu par chambre disponible, il est proche de 40 000 Fcfp (31 000 Fcfp de janvier à septembre 2019).

8,8% d’inflation mondiale

Dans le détail, la hausse de l’indice des prix à la consommation (IPC) s’accélère, pour atteindre +7,6 % en glissement annuel en septembre 2022, après +5,6 % en juin. Elle provient encore principalement des produits alimentaires (+9,5 % après +7,2 %) et des transports (+9,9 % après +5,5 %).

La croissance économique mondiale devrait s’établir à 3,2 % en 2022 selon les dernières prévisions publiées par le FMI en octobre, précise l’IEOM. Le FMI identifie l’inflation comme l’un des principaux
facteurs qui pèsent sur les prévisions de croissance : après s’être établie à 4,7 % en 2021, l’inflation mondiale devrait atteindre 8,8 % en 2022 avant de diminuer à 6,5 % en 2023 et à 4,1 % en 2024. Le durcissement des conditions financières, l’invasion de l’Ukraine par la Russie et la persistance de la pandémie sont également mis en avant pour expliquer ces perspectives.

L’inflation demeure une préoccupation majeure, amplifiée au troisième trimestre 2022 par le renforcement du dollar US qui concourt au renchérissement de nombre de produits importés, notamment énergétiques. Entre fin juin et fin septembre, le dollar index s’est apprécié de 7 %.