mardi 16 août 2022
A VOIR

|

La CCISM organise une semaine californienne pour favoriser les exportations sur le marché américain

Publié le

Le séminaire mis en place par la Chambre de commerce, d'industrie, de services et des métiers de Polynésie française oriente les commerçants polynésiens qui souhaitent exporter et vendre des produits du secteur primaire aux États-Unis.

Publié le 05/07/2022 à 13:43 - Mise à jour le 05/07/2022 à 13:43
Lecture 2 minutes

Le séminaire mis en place par la Chambre de commerce, d'industrie, de services et des métiers de Polynésie française oriente les commerçants polynésiens qui souhaitent exporter et vendre des produits du secteur primaire aux États-Unis.

La CCISM a réuni des entreprises polynésiennes et des spécialistes du marché américain, notamment de la Californie. Les discussions portent principalement autour des produits du secteur primaire, certaines ressources polynésiennes étant fortement exportées : la vanille, le sel et le miel de Polynésie, l’huile vierge de coco, le monoï comptent parmi les produits demandés sur le marché californien. La vanille polynésienne par exemple connaît un tel succès à l’exportation que certains producteurs de vanille indonésienne n’hésitent pas à usurper l’appellation “Vanille de Tahiti” afin d’en voler la place tant convoitée dans les restaurants.

Producteur de vanille à Raiatea, Francky Tuatiti a conscience des opportunités que peut offrir le marché américain : “On a tendance à se dire que c’est un gros marché, il ne faut pas faire les choses n’importe comment. Ce qui est intéressant aujourd’hui, c’est qu’on a des personnes qui peuvent nous accompagner pour s’y prendre dans le bon ordre. Quelle que soit la quantité de produit à exporter, il faut y aller en prenant le temps d’apprendre, de connaître le marché. Pour ce marché américain, il faut connaître les bons partenaires, qui sont présents ici et qui connaissent le mieux leur marché. C’est en gardant ce partenariat qu’on peut grandir”.

Francky Tuatiti, producteur et exportateur de vanille à Raiatea (Crédit Photo : Tahiti Nui Télévision)

En plus de mettre en avant la qualité des produits polynésiens, le séminaire est pensé comme une invitation à capter la clientèle américaine. Les participants sont informés sur le cadre juridique en matière d’exportation, notamment les normes sur le marché américain et les règles de douane. C’est le cas des FDA Numbers (obligation d’enregistrement à l’U.S Food and Drug Administration), des normes de packaging (mesuré en once et non en grammes) ou encore les nutrition facts (informations et indices des denrées alimentaires).

Homme d’affaires français installé à Los Angeles, Stéphane Strouk a ouvert un restaurant gourmet et s’est spécialisé dans les produits alimentaires du monde entier : “On arrive aujourd’hui avec un savoir-faire et une solution, on présente toutes les étapes pour connaître le marché américain. Le jour où on vous appelle pour une commande, vous êtes prêt. On parle du FDA qui semble impossible, mais on a des gens ici qui vous montrent qu’en 24 heures on peut avoir un numéro FDA”.

(Crédit Photo : Tahiti Nui Télévision)

infos coronavirus